Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Évolution du foyer épidémique de fièvre jaune au Nigéria Médecine des voyages

Publié le 30 sept. 2019 à 16h34

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Au Nigéria, le 16 juillet 2019, le ministère de la Santé de l'État d'Ebonyi a reçu des informations sur des cas suspects de fièvre jaune dans le quartier de Ndingele, dans la région du gouvernement local d'Izzi. Les cas présentaient des symptômes de fièvre et de jaunisse signalés depuis mai 2019. 

Au 30 août 2019, un total de 84 cas présumés de fièvre jaune, dont 26 décès (létalité : 31 %), ont été notifiés dans neuf régions du gouvernement local au sein de État d'Ebonyi.

  • 55 % (46/84) des cas suspects de fièvre jaune sont des hommes ;
  • le groupe d'âge le plus touché est celui des 0 à 9 ans (28 cas, 33 %), suivi des groupes d'âge des 20 à 29 ans et des plus de 30 ans avec 20 cas (24 %) ;
  • le groupe d'âge des 10 à 19 ans compte le moins de cas (16 cas, 19 %) ;
  • 79 % des cas suspects (66/84) ;
  • sept cas confirmés positifs par réaction en chaîne par polymérase en temps réel (RT-PCR) ont été signalés dans la région du gouvernement local d'Izzi, situé dans la partie nord-est de l'État, à la frontière de l'État de Cross River à l'est et de l'État de Benue au nord ;
  • un cas a été confirmé chez un travailleur international impliqué dans l'industrie extractive dans la région du gouvernement local d'Izzi et résidant dans la région du gouvernement local voisine d'Abakiliki (un centre urbain de l'État).

L'évaluation menée par l'équipe d'intervention rapide de la région du gouvernement local et les agences nationales a révélé une faible couverture vaccinale. La couverture vaccinale contre la fièvre jaune a été estimée à 56 % (64 % pour les enfants de moins de 5 ans et 48 % pour ceux de plus de 5 ans). 

Depuis septembre 2017, lorsque le Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC) a notifié à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) un cas confirmé de fièvre jaune dans l'État de Kwara, le Nigéria a réagi à des flambées de fièvre jaune successives sur une vaste zone géographique. Du 1er janvier au 31 juillet 2019, plus de 2 000 cas présumés de fièvre jaune ont été notifiés dans 506 régions du gouvernement local de l'ensemble des 36 États, y compris le Territoire de la capitale fédérale du Nigéria.

Réponse de santé publique

 La recherche active de cas, la gestion de cas, la communication des risques et la participation de la communauté ont été mises en œuvre dans les régions du gouvernement local touchées. 

Une demande du groupe international de coordination pour une vaccination réactive dans la zone touchée a été approuvée et concerne trois régions du gouvernement local de l''État d'Ebonyi, deux régions du gouvernement local de l'État de Benue et une région du gouvernement local de l'État de Cross River, ciblant une population d'environ 1,64 million de personnes âgées de 9 mois à 44 ans. dans les État d'Ebonyi et de l'État de Benue, et âgés de 1 à 6 ans dans la région du gouvernement local de l'État de Cross River.

La vaccination antiamarile de routine a été introduite dans le Programme élargi de vaccination du Nigéria en 2004, mais l'immunité globale de la population dans les zones touchées par l'épidémie actuelle reste inférieure aux seuils d'immunité reconnus du troupeau.

Évaluation des risques de l'Organisation mondiale de la santé

La récente confirmation par les laboratoires de référence nationaux et régionaux des cas de fièvre jaune dans l'État d'Ebonyi, avec l'épicentre probable dans la région du gouvernement loca d'Izzi, constitue une situation préoccupante au Nigéria.

Compte tenu de l'évolution rapide de la situation dans l'État d'Ebonyi, le risque national est jugé élevé en raison du taux élevé de létalité à 36 % et du potentiel de transmission et d'amplification locales en cours. 

Les facteurs pris en compte incluent la faible couverture vaccinale; probabilité de présence de vecteurs compétents, y compris l'espèce Aedes. la proximité d'un cas de fièvre jaune avec la ville d'Abakiliki (centre urbain de l'État); et le potentiel étendu aux nouvelles collectivités locales.

Il existe actuellement un risque modéré au niveau régional en raison du déplacement possible des individus des États touchés vers les zones adjacentes et les pays voisins, en particulier en cas d'arrivée de visiteurs non vaccinés dans l'État. 

Il existe des risques pour les travailleurs nationaux et internationaux dans les industries extractives à haut risque telles que l'exploitation minière à ciel ouvert et la foresterie, soulignant l'importance de veiller à ce que tous les voyageurs et travailleurs internationaux soient vaccinés conformément aux recommandations du Règlement sanitaire international (RSI) telles que décrites dans la stratégie d'élimination de l'épidémie de fièvre jaune. 

Le risque global actuel est considéré comme faible au niveau mondial.

Le Nigéria est confronté à plusieurs urgences de santé publique concurrentes, notamment des virus de la poliomyélite dérivés du vaccin en circulation, des épidémies de rougeole, de choléra et de fièvre de Lassa et une crise humanitaire dans le nord-est du pays.

Conseils de l'Organisation mondiale de la santé

Le Nigéria est un pays hautement prioritaire pour la stratégie d'élimination de l'épidémie de fièvre jaune. 

La vaccination est la principale intervention pour prévenir et combattre la fièvre jaune. 

Dans les centres urbains, des mesures ciblées de lutte antivectorielle sont également utiles pour interrompre la transmission. L'OMS et ses partenaires continueront d'aider les autorités nationales et nationales à mettre en œuvre ces interventions pour contrôler l'épidémie actuelle.

L'OMS recommande la vaccination contre la fièvre jaune pour tous les voyageurs internationaux âgés de plus de neuf mois qui se rendent au Nigéria, car il existe des signes de transmission persistante ou périodique du virus de la fièvre jaune

Cela revêt une importance particulière pour les travailleurs temporaires ou internationaux travaillant dans les industries extractives. 

Le Nigéria exige également un certificat de vaccination contre la fièvre jaune pour tous les voyageurs arrivant de plus d'un an.

Conformément au RSI (2005), troisième édition, la validité du certificat international de vaccination contre la fièvre jaune s'étend à la vie de la personne vaccinée avec un vaccin approuvé par l'OMS. Une dose de rappel du vaccin antiamaril approuvé ne peut être exigée des voyageurs internationaux comme condition d'entrée.

L'OMS ne recommande aucune restriction concernant les voyages ou les échanges commerciaux avec le Nigéria sur la base des informations disponibles sur cette flambée.


Maladie : Fièvre jaune

Vaccin : STAMARIL

Référence principale :