Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Paludisme à Plasmodium cynomolgi détecté chez une voyageuse de retour au Danemark Médecine des voyages

Publié le 9 oct. 2019 à 09h03

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Danemark, fin septembre 2019, les autorités sanitaires ont notifié un cas de paludisme à Plasmodium cynomolgi lié au voyage chez une femme de 37 ans originaire du Danemark qui s'était rendue dans des zones forestières de la Malaisie péninsulaire et de la Thaïlande en août-septembre 2018.

La patiente n'a pas pris de chimioprophylaxie antipaludique, mais a utilisé des produits anti-moustiques et des moustiquaires.

La veille de son retour, la patiente a présenté des symptômes semblables à ceux du paludisme. Le jour suivant son retour, elle a été admise à l'hôpital pour suspicion de paludisme.

Les résultats des tests initiaux du paludisme (test de diagnostic rapide et microscopie) étaient négatifs. Comme les symptômes persistaient, un test d'amplification isotherme à médiation par boucle spécifique au paludisme (LAMP) a été réalisé, lequel était positif pour Plasmodium spp. Des tests supplémentaires ont été effectués et les résultats du séquençage de l'ADN de Sanger ont révélé la présence de Plasmodium cynomolgi.

La patiente a reçu un traitement avec de  l'atovaquone/proguanil, suivi de primaquine. Les symptômes ont disparu le deuxième jour de traitement. Les résultats des examens microscopiques du paludisme répétés aux jours 9 et 37 du traitement étaient négatifs.

Plasmodium cynomolgi se trouve généralement chez les macaques en Asie du Sud-Est et infecte rarement l'homme (le premier cas chez l'homme a été décrit en 2014). C'est la deuxième espèce de parasite du paludisme connue pour infecter les singes et les humains à l'état sauvage, à la suite de la découverte de l'infection humaine à Plasmodium knowlesi en 2004.

En raison de la présence de Plasmodium cynomolgi chez les macaques en Asie du Sud-Est et du nombre de touristes visitant ces régions et leurs parcs nationaux (qui comptent également des populations de macaques), il n’est pas surprenant de trouver de nouveaux cas. 

Étant donné que le diagnostic est difficile, des techniques de détection et d'identification avancées doivent être appliquées pour garantir la prise en compte de Plasmodium cynomolgi dans le diagnostic différentiel lorsque tous les autres tests reviennent négatifs. 

Une chimioprophylaxie contre le paludisme doit être envisagée et des mesures de protection individuelle contre les piqûres de moustiques doivent être encouragées lors de la visite de ces zones. Ces mesures de protection individuelle devraient également être prises en compte par les résidents des zones touchées par le paludisme.

Source : European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC).


Maladie : Paludisme

Référence principale :