Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Nouveaux cas d'infection gonococcique disséminée au Michigan, États-Unis Médecine des voyages

Publié le 28 oct. 2019 à 16h56

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Aux Etats-Unis, à la suite d'un rapport publié au mois d'août 2019 (nouvelle n°14305 du 25 août 2019) les responsables de la santé du comté de Kalamazoo dans l'État du Michigan ont enquêté sur 11 cas – 10 confirmés et un cas suspect - d'infection gonococcique disséminée (DGI) forme grave et rare de la gonococcie.

L'infection gonococcique disséminée peut survenir après une gonococcie transmise sexuellement. Les symptômes peuvent inclure fièvre, frissons, douleurs articulaires, raideur et gonflement.

L'infection gonococcique disséminée peut également causer des infections aux articulations et aux organes internes. Les patients peuvent présenter ou non les symptômes d'une maladie sexuellement transmissible (MST). Il est donc vivement conseillé à toute personne présentant ces symptômes de contacter leur fournisseur de soins de santé.

L'infection à Neisseria gonorheae qui se propage aux articulations et aux organes internes est une infection rare mais grave pouvant nécessiter une hospitalisation, une antibiothérapie intraveineuse et une chirurgie. 

Réduire le nombre de partenaires sexuels et utiliser systématiquement et correctement des préservatifs sont des stratégies efficaces pour prévenir la gonorrhée et les autres maladies sexuellement transmissibles.

Le traitement rapide des maladies sexuellement transmissibles réduit également le risque de transmission de l'infection à d'autres personnes par contact sexuel.

Source : Outbreak News Today.


Référence principale :