La fièvre jaune au Venezuela Médecine des voyages

Publié le 21 nov. 2019 à 09h37

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Au Venezuela, le 13 novembre 2019, le point focal national pour le RSI et le bureau de pays OPS/OMS ont notifié un cas biologiquement confirmé de fièvre jaune chez un homme de 46 ans vivant dans une zone rurale dans le secteur Kamarata de la municipalité de Gran Sabana, dans l'État de Bolivar

Le patient appartient au groupe ethnique autochtone Pemón. Il a visité la localité d'Uriman, dans la même municipalité de Gran Sabana, dans les 19 jours précédant l'apparition des symptômes.

Les symptômes ont débuté le 14 septembre et comprenaient fièvre, frissons, nausée, vomissements, épistaxis, pétéchies et de la diarrhée. Le 26 septembre 2019, le patient a consulté à l'hôpital Ruiz et Páez, dans la municipalité de Heres où l'état clinique s'est détérioré. 

À partir du 13 novembre 2019, le patient reste hospitalisé avec un diagnostic d'insuffisance rénale chronique et d'anémie modérée. 

Le 13 novembre 2019, le premier échantillon prélevé le 26 septembre 2019 était positif pour la fièvre jaune (RT-PCR ONE STEP) et le 14 novembre 2019 testé négatif pour la dengue (RT-PCR en temps réel). Les résultats des tests de laboratoire du deuxième échantillon de sérum, qui a été prélevé le 10 octobre 2019, sont en attente.

C'est le premier cas autochtone confirmé de fièvre jaune diagnostiqué au Venezuela depuis 2005.

Une équipe d'enquête commune (OMS et ministère de la Santé) a été créée et déployée le 12 novembre 2019 pour caractériser le risque et élaborer un plan d'intervention. 

L'origine de l'infection de ce cas n'est pas connue, mais elle est probablement sylvatique car elle a été signalée dans une zone considérée à risque de transmission de la fièvre sylvatique.

La vaccination fournit un haut niveau de protection contre la fièvre jaune. Cependant, les programmes de vaccination de routine, contre la fièvre jaune, ont été touchés par la crise politique et économique actuelle. 

La couverture vaccinale dans certaines populations du Venezuela pourrait être sous-optimale, en particulier chez les populations communautaires autochtones.
Par conséquent, le risque de transmission et d'amplification continues du virus de la fièvre jaune est possible, en particulier parmi les communautés autochtones où la couverture vaccinale devrait être plus faible. 

La couverture vaccinale dans les zones frontalières internationales du Guyana et du Brésil seraient supérieures à 90%, ce qui est supérieur au seuil de sécurité nécessaire pour prévenir l'amplification épidémique. 

Le Venezuela est considéré à risque de fièvre jaune :

L'OMS recommande :

  • La vaccination est recommandée pour tous les voyageurs âgés de 9 mois et plus, sauf dans les cas ci-dessous.
  • La vaccination n'est généralement pas recommandée pour les voyageurs dont l'itinéraire se limite aux zones suivantes : l'ensemble des États d'Aragua, Carabobo, Miranda, Vargas et Yaracuy, et le District fédéral.
  • La vaccination n'est pas recommandée pour les voyageurs dont l'itinéraire se limite aux zones suivantes : toutes les zones situées à plus de 2 300 mètres d'altitude dans les états de Merida, Tachiraet Trujillo ; les États de Falcon et Lara ; l'île de Margarita ; la capitale Caracas et la ville de Valencia.

Conditions exigées pour entrer dans le pays :

  • Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs âgés de un an et plus en provenance du Brésil. 
  • Un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs âgés de un an et plus ayant transité pendant plus de 12 heures dans un aéroport du Brésil.

L'OMS ne recommande pas que  toutes les restrictions générales relatives aux voyages ou au commerce soient appliquées au Venezuela sur la base des informations disponibles pour l'évaluation de cet évènement.

Les voyageurs doivent être informés des symptômes de la fièvre jaune et de consulter rapidement lors de l'apparition des signes après une exposition éventuelle. 

Le cas est un cas isolé sylvatique dans une région éloignée. Par conséquent, le risque pour les citoyens européens est très faible. L'OMS recommande la vaccination antiamarile pour les voyageurs se rendant dans certains États du Venezuela y compris l'État de Bolivar.

Source : European Centre for Disease Prevention and Control ; Promed.