Foyers épidémiques de dengue au Pakistan Médecine des voyages

Publié le 20 nov. 2019 à 10h15

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Au Pakistan, les autorités sanitaires réagissent à une épidémie de dengue, en cours. 

Le foyer a été signalé pour la première fois le 8 juillet 2019 par l'hôpital universitaire du district de Khyber à Peshawar, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa (KP). 

Depuis, trois autres provinces (Pendjab,  Baloutchistan  et Sind), ainsi que le Territoire fédéral d'Islamabad (TIC) et Azad Jammu et Cachemire (AJK; l'un des deux territoires autonomes) ont également signalé des cas de dengue.

Du 8 juillet au 12 novembre 2019, un total de 47 120 cas confirmés de dengue,, dont 75 décès, ont été notifiés dans les quatre provinces (Khyber Pakhtunkhwa, Pendjab,  Baloutchistan et Sind), Islamabad et Azad Jammu et Cachemire.

Voici une brève mise à jour sur la situation de la dengue, dans chacun de ces domaines :

Khyber Pakhtunkhwa :

Du 8 juillet au 12 novembre 2019, 7 641 cas confirmés de ddengue, ont été notifiés dans les districts tribaux. Le rapport hommes / femmes était de 1. Des échantillons ont été envoyés pour sérotypage et se sont révélés positifs pour le virus de la dengue, de sérotype 1 (DENV-1) et le virus de la dengue de sérotype 2 (DENV-2).

Pendjab :

Entre le 1er août et le 12 novembre 2019, un total de 9 676 cas confirmés de ddengue,, dont 16 décès, ont été notifiés. Neuf échantillons positifs à Rawalpindi ont confirmé la circulation du DENV-2 dans la province.

Azad Jammu et Cachemire :

Du 1er août au 12 novembre 2019, 1 689 cas confirmés de dengue,, dont un décès, ont été signalés.

Territoire fédéral d'Islamabad :

Du 6 août au 12 novembre 2019, 12 986 cas confirmés de ddengue,, dont 22 décès, ont été notifiés dans huit grands hôpitaux d'Islamabad. Au total, 17 nouveaux échantillons ont été testés au laboratoire du National Institute of Health (NIH) à Islamabad. Le virus de la dengue de sérotype 1 (DENV-1) et le virus de la dengue, de sérotype 2 (DENV-2) ont été isolés de 3 et 14 échantillons respectivement, indiquant une circulation en cours pour les deux sérotypes.

Sind :

Du 1er septembre au 12 novembre 2019, 12 053 cas confirmés de ddengue,, dont 33 décès, ont été signalés.

Baloutchistan :

Du 18 septembre au 12 novembre 2019, 3 075 cas confirmés de dengue, ont été snotifiés et trois décès. Le sérotypage de cinq échantillons positifs a confirmé la circulation du DENV-1. La surveillance des vecteurs effectuée dans la province a révélé la présence d' Aedes aegypti .

Réponse de santé publique

Le ministère de la Santé du Pakistan a pris les mesures suivantes:

  • le centre d'opérations d'urgence de l'Institut national de la santé (NIH EOC) est activé depuis le 16 septembre 2019 pour surveiller la situation de la maladie en liaison constante avec les départements de la santé provinciaux ;
  • des activités de surveillance et de lutte antivectorielle ont été lancées à Islamabad et au
    Pendjab. À Islamabad, les larves d'Aedes aegypti étaient présentes dans 28 échantillons (39%) sur les 71 échantillons recueillis ;
  • la plupart des hôpitaux publics et privés sont inscrits sur le PITB (Pendjab Information Technology Board) pour la notification des cas; un tableau de bord a été créé pour le mappage des cas ;
  • des équipes de réponse rapide sont en place pour mener une réponse active au niveau des ménages et dans les zones infectées ;
  • toutes les provinces ont mis en place des services de diagnostic et de gestion clinique gratuits pour les cas ;
  • un rapport de situation quotidien est diffusé aux ministères de la Santé fédéral et provinciaux ;
  • La lettre de sensibilisation saisonnière et d'alerte (SAAL) et l'avis sur la prévention et le contrôle de la dengue ont été largement diffusés, de même que du matériel d'information, d'éducation et de communication.
  • la cellule de contrôle et d'opérations de lutte contre la dengue a été mise en place au sein du ministère et est ouverte 24h / 24 et 7j / 7 au public. La cellule cherche également à obtenir les réactions des ménages couverts par le plan de lutte contre la dengue.

Évaluation des risques de l'Organisation mondiale de la santé

Le risque global au niveau national est élevé. Bien que des initiatives de lutte contre la flambée de dengue aient été introduites au Pakistan lors de la flambée de 2017 à Peshawar, elles n'ont jamais été mises en pratique.

En l'absence d'un système de surveillance robuste de la dengue dans les provinces touchées, l'évolution des épidémies peut être difficile à suivre. L'épidémie actuelle met en lumière la nécessité de sensibiliser les prestataires de soins de santé à la détection et à la gestion des cas de dengue, ainsi qu'au renforcement de la surveillance des maladies fébriles aiguës au Pakistan afin de mieux définir la charge de morbidité et les tendances saisonnières.

Le risque régional global est jugé modéré. On sait que Aedes albopictus est présent dans la province du Baloutchistan, à la frontière iranienne, et a été détecté en Afghanistan en 2018 dans une zone limitrophe de la province de Khyber Pakhtunkhwa. Cette frontière est traversée par environ 2 000 personnes par jour. L'Afghanistan a besoin d'un soutien supplémentaire pour surveiller et lutter contre les maladies à transmission vectorielle comme la dengue. Si l'épidémie se propageait en Afghanistan, les ressources régionales seraient mises à l'épreuve. Des cas de dengue ont été signalés dans les provinces du Sind et du Pendjab limitrophes de l'Inde.

Le risque au niveau mondial est jugé faible.

L'Organisation mondiale de la santé ne recommande aucune restriction générale de voyage ou de commerce au Pakistan sur la base des informations actuellement disponibles.

Rappels sur la dengue 

La dengue, maladie virale due au virus de la Dengue (4 sérotypes) de la famille des Flaviviridae, transmise par une piqûre de moustique, se manifeste le plus souvent par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, parfois éruption cutanée). La dengue peut évoluer en forme grave hémorragique. La prise d'aspirine est formellement déconseillée. Il n'existe pas de traitement médicamenteux préventif disponible contre la dengue.

Il existe :

  • La fièvre dengue caractérisée par l'apparition soudaine d'une forte fièvre, de graves maux de tête, une douleur derrière les yeux et des douleurs dans les muscles et les articulations. Certains peuvent également avoir une éruption cutanée et divers degrés de saignement dans diverses parties du corps (notamment le nez, la bouche et les gencives ou des ecchymoses sur la peau). La dengue a un large spectre d'infection (asymptomatique à symptomatique). La maladie symptomatique peut varier de la dengue (DF) à la dengue plus grave de la dengue (DH).
  • Fièvre hémorragique de la dengue (DHF) - est une forme plus grave, observée seulement chez une faible proportion des personnes infectées. La DHF est une maladie stéréotypée caractérisée par 3 phases; phase fébrile avec forte fièvre continue généralement inférieure à 7 jours; phase critique (fuite de plasma) d'une durée de 1 à 2 jours, généralement apparente lorsque la fièvre baisse, entraînant un choc si elle n'est pas détectée et traitée rapidement; phase de convalescence d'une durée de 2 à 5 jours avec amélioration de l'appétit, bradycardie (fréquence cardiaque lente), éruptions cutanées convalescentes (plaques blanches sur fond rouge), souvent accompagnée de démangeaisons généralisées (plus intense dans les paumes et les plantes des pieds) et de diurèse (augmentation du débit urinaire) .
  • Le syndrome de choc de la dengue (DSS) - Le syndrome de choc est une complication dangereuse de la dengue et est associé à une mortalité élevée. Une dengue grave survient à la suite d'une infection secondaire avec un sérotype viral différent. Une perméabilité vasculaire accrue, associée à un dysfonctionnement du myocarde et à une déshydratation, contribue à la survenue d'un choc entraînant une défaillance multiorganique.

Il n'existe pas de traitement spécifique contre le virus. Pour les touristes européens, la prévention de la dengue passe donc par la lutte contre son vecteur Aedes albopictus. Le moyen le plus efficace pour combattre ce moustique est d'éliminer ses lieux de ponte (soucoupes, petits récipients, déchets, réservoirs, vases, pneus, etc.).

Conseils aux voyageurs

Aucun vaccin n'est disponible contre le chikungunya et la dengue. 

Il est conseillé aux voyageurs de se protéger des piqûres de moustique. Il convient de respecter les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle :

  • de réduire le temps passé à l'extérieur pendant les heures de pointe du moustique (entre le crépuscule et l'aube) ;
  • de porter des vêtements de couleur claire avec des manches longues, pantalons et chaussettes dans les zones où les moustiques sont présents ;
  • de se protéger des piqûres de moustiques en utilisant un insectifuge contenant du DEET ; 
  • de nettoyer les gouttières et vider régulièrement les bains d'oiseaux et autres objets susceptibles de recueillir de l'eau ;
  • de s'assurer que les barils de pluie sont recouverts de moustiquaires ou qu'ils sont étroitement scellés autour du tuyau de descente des eaux de pluiesd' ;
  • d'améliorer l'aménagement paysager pour empêcher l'eau stagnante autour de la maison.

Les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire.

Afin d'éviter au maximum la dissémination du virus de la dengue, chikungunya et virus Zika sur le territoire métropolitain, devant une fièvre d'apparition brutale et des douleurs articulaires ou musculaires dans les 15 jours qui suivent le retour d'un voyage en zone à risque, il faut consulter son médecin au plus vite en signalant son voyage.

Source : Organisation mondiale de la santé.


Maladie : Dengue

Vaccin : DENGVAXIA

Référence principale :