Le paludisme dans la Région des Amériques : situation au 18 novembre 2019 Médecine des voyages

Publié le 20 nov. 2019 à 15h11

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Dans la Région des Amériques de l'Organisation mondiale de la santé, entre 2005 et 2014, on a constaté une tendance générale à la baisse du nombre de cas de paludisme .

Cependant, depuis 2015, le nombre de cas de paludisme notifiés dans la Région a augmenté. Cette augmentation globale est due à l'augmentation du nombre de cas au cours des trois dernières années au Venezuela, ainsi qu'à une transmission accrue dans des zones endémiques de pays comme le Brésil, la Colombie, le Guyana, le Nicaragua et le Panama, ainsi qu'à des flambées dans des pays progressaient vers l'élimination (Costa Rica, République dominicaine et Équateur).

En 2018, le Guatemala et le Honduras ont notifié une diminution significative du nombre de cas de paludisme par rapport à l'année précédente, qui s'est poursuivie jusqu'en novembre 2019.

El Salvador n'a signalé aucun cas autochtone depuis près de trois ans, tandis que le Paraguay et l'Argentine ont été certifiés par l'Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS) en tant que pays exempts de paludisme en juillet 2018 et mai 2019.

En Bolivie :

Après trois années consécutives d'absence de cas de paludisme à Plasmodium falciparum signalés, un foyer dû à cette espèce a été signalé en 2019 à la suite d'un cas importé du Brésil. Des cas secondaires ont été signalés dans les localités de Guayaramerín (département de Beni) et de Sena (département de Pando), avec un total de 12 cas. 

Au Brésil :

La région amazonienne est caractérisée par une forte endémicité du paludisme, représentant près de 99% des cas signalés au niveau national. Dans cette région, le nombre de cas signalés au cours du premier semestre de 2019 (71 549 cas) a globalement diminué de 24% par rapport au premier semestre de 2018 (93 995 cas), malgré une augmentation du nombre de cas dans les États d'Amapá, Mato Grosso et Rondônia. De janvier à juin 2019, les États ayant signalé les plus fortes proportions / nombre de cas autochtones étaient Amazonas (43%; 29 556 cas), Pará (22%; 15 317 cas) et Roraima (13%; 9 137 cas). Sur les 2 119 cas importés signalés au premier semestre de 2019, 65% (1 370 cas) venaient du Venezuela.

En Colombie :

Depuis le début de l'année 66 581 cas de paludisme ont été notifiés, soit une augmentation de 28,2 % par rapport à la même période en 2018 (51 935 cas). Sur ce total, 65 480 cas ont été classés dans la catégorie paludisme simple et 1 101 dans la catégorie paludisme compliqué.

L'infection à Plasmodium falciparum est prédominante avec 50,9 % (33 894 cas), suivie de Plasmodium vivax avec 48 % (31 931 cas) et l'infection mixte avec 1,1 % (755 cas); un cas était dû à Plasmodium malariae.

En 2019, 74,3 % des cas ont été signalés par les départements du Chocó (33 %), de Nariño (20,1 %), de Córdoba (12 %) et d'Antioquia (9,2 %). Les départements du Chocó, de Nariño, de Córdoba, du Norte de Santander, de Meta et de Cauca ont eu des épidémies en 2019. Sur les 1 967 cas importés notifiés en 2019, 96 % (1 885 cas) venaient du Venezuela.

Au Costa Rica :

Entre le 1er et le 31 août 1949, 91 cas de paludisme ont été signalés, dont 37 importés. Il existe une vulnérabilité locale vis-à-vis des cas importés des pays voisins et un nombre croissant de recherches de cas en cours dans des zones géographiques difficiles d'accès. Deux districts du canton de San Carlos, dans la province d'Alajuela (frontière avec le Nicaragua) - Cutris (18 cas importés) et Pocosol (2 cas importés) - représentent 54 % des cas importés signalés en 2019.

En République dominicaine :

Depuis le début de l'année, 618 cas confirmés de paludisme ont été signalés, soit une augmentation de 58% par rapport à la même période en 2018 (393 cas). La transmission du paludisme continue de se concentrer dans le cadre de deux épidémies à La Ciénega et à Los Tres Brazos, qui comprend des municipalités des provinces de Santo Domingo et de San Cristóbal et certains quartiers du district national. Tous les cas autochtones sont dus à Plasmodium falciparum et 10 des 16 cas importés (63%) sont dus à Plasmodium vivax. La plupart des cas importés provenaient du Guyana. En outre, 2 décès ont été signalés dans l'épidémie de La Ciénaga et un décès dans l'épidémie de Los Tres Brazos.

En Équateur :

Entre les semaines épidémiologiques 1 et 41 de 2019, 1540 cas de paludisme ont été signalés, tandis qu'en 2018, 1 718 cas avaient été notifiés. En 2019, les provinces de Morona Santiago (717 cas soit 3,8 cas pour 100 000 habitants), Pastaza (582 cas, 5,4 cas pour 100 000 habitants) et Orellana (276 cas soit 1,8 cas pour 100 000 habitants) représentent 84 % du total cas signalés en 2019. Sur le total des cas notifiés, 31 étaient des femmes enceintes.

Au Guatemala :

Une tendance à la baisse des cas de paludisme en 2019, 963 cas ayant été signalés au début de la 43e semaine de 2019, soit une diminution de 38 % par rapport à la même période en 2018.

Au Guyana :

Le nombre de cas notifiés en 2019 à l'échelle nationale à la 39 e semaine de l'Ouest représente une légère augmentation (1 %) par rapport à la même période en 2018. En revanche, les régions 7 et 8 ont enregistré des augmentations de 51% et 23%, respectivement. .

En Haïti :

Diminution de 27 % du nombre de cas signalés jusqu'en septembre 2019 (4 603 cas) par rapport à la même période en 2018 (6 285 cas).

Au Honduras :

La prévalence des cas de paludisme est à la baisse : 253 cas ont été signalés en 2019, soit 35 sur 201, soit 45 % de moins qu'en 2018 au cours de la même période.

Au Nicaragua :

En 2019, 9 358 cas ont été déclarés, ce qui représente une diminution de 15 % par rapport à la même période en 2018 (10 988 cas). Cela est principalement dû à la diminution des cas signalés à Puerto Cabezas depuis la mi-2019.

Au Panama :

Des foyers ont été signalés dans quatre régions d'endémie : Guna Yala, Panama Est, Ngãbe Buglé et Darién. 1 386 cas (32,9 cas pour 100 000 habitants) ont été déclarés, ce qui représente une augmentation de 140% par rapport à la même période en 2018 avec 378 cas (13,9 cas par 100 000 habitants).

Au Pérou :

Le nombre de cas de paludisme a diminué en 2019 : 56 % de moins ont été déclarées par rapport à la même période en 2018. Les districts ayant enregistré la diminution la plus notable sont Napo (77 %), Punchana ( 72 %), San Juan Bautista (71 %) et Andoas (41 %). Cependant, en 2019, une épidémie de paludisme à Plasmodium vivax faisant suite à 34 cas a été signalée dans le département de Tumbes, dans le nord du pays, avec 22 cas autochtones et 12 cas importés du Venezuela; cette épidémie met en évidence le risque de réintroduction du paludisme dans une zone historiquement endémique où la transmission avait été interrompue au cours des dernières années.

Au Suriname :

En 2019, 113 cas de paludisme ont été déclarés, dont 35 cas autochtones, contre 197 cas, dont 26 cas autochtones, notifiés au cours de la même période en 2018.

Au Venezuela :

En 2019, un total de 323 392 cas de paludisme ont été signalés, ce qui représente une légère diminution (1,5 %) par rapport à la même période en 2018 (328 373 cas). En revanche, en 2017, 321 358 cas ont été notifiés au cours de la même période. Les États de Bolívar et d'Amazonas ont enregistré une diminution de 2,5 % et de 24 % des cas, par rapport à la même période de 2018, tandis qu'à Sucre, une augmentation de 3,4 % était observée. 55 342 cas signalés. Les autres États ayant également signalé une augmentation de la transmission sont Anzoátegui (54,3%), Delta Amacuro (64,2 %), Mérida (89,7 %) et Monagas (40,5 %). En ce qui concerne le nombre de décès dus au paludisme, une diminution a été observée; à partir de 41, 100 décès ont été signalés en 2019, contre 229 au cours de la même période en 2018, ce qui représente une diminution de 55,7 % du taux de létalité. Le nombre de femmes enceintes atteintes de paludisme a augmenté de 55 % au niveau national, avec des cas signalés dans presque tous les États.

Le Belize et El Salvador n'ont signalé aucun cas de paludisme autochtone en 2019

Source : Organisation panaméricaine de la santé/Organisation mondiale de la santé (OPS/OMS).