Le point sur la grippe dans la Région Européenne Médecine des voyages

Publié le 21 déc. 2019 à 10h41

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Dans la Région européenne de l'Organisation Mondiale de la santé (OMS), l'activité grippale a continué d'augmenter dans toute la Région, davantage de pays ou territoires ont notifié une augmentation d'intensité et répartition géographique par rapport à la semaine précédente.

La majorité des détections de virus grippaux signalées dans la région étaient de type A (71 %), bien que cinq pays aient signalé la dominance du virus de type B (29 %) et trois autres pays ont signalé une codominance des virus de types A et B.

Les données des 21 pays ou régions faisant rapport au projet EuroMOMO indiquent que la mortalité toutes causes confondues est au niveaux prévus pour cette période de l'année.

L'activité grippale dans la Région européenne, sur la base d'un échantillonnage sentinelle, a d'abord dépassé un taux de positivité de 10%
L'activité grippale augmente dans la Région européenne, bien que la plupart des pays signalent encore un taux d'activité grippale à des niveaux de base ou faibles.

Les quatre sous-types et lignées de grippe circulent. 

Parmi les virus de types A et B détectés, le sous-type A (H3) et la lignée B / Victoria ont dominé respectivement en Europe du nord-ouest et en Asie centrale. 

Des souches de virus grippaux A (H3N2) et B / Victoria génétiquement et antigéniquement diverses co-circulent dans la Région.

La saison a commencé un peu plus tôt que d'habitude. Il est trop tôt pour prévoir l'évolution en termes de semaine de pointe, de gravité et de durée.

  • Le virus A(H3N2) est généralement associé à un impact grave sur la santé dans les groupes plus âgés. Certains pays, comme le Royaume-Uni, connaissent déjà des taux accrus d'hospitalisation pour grippe. Il n'y a aucune preuve de surmortalité significative à ce stade précoce, mais l'expérience des saisons passées suggère un impact significatif sur la mortalité des personnes âgées pendant les saisons dominées par le virus A(H3N2).
  • La circulation du virus B pourrait être associée à une charge plus élevée pour les groupes d'âge plus jeunes, comme cela a déjà été observé au Portugal.

Le seuil épidémique n'est pas atteint.

Selon le rapport VENICE, la vaccination antigrippale pour la saison 2019 ± 2020 devrait être encouragée car la couverture vaccinale chez les personnes âgées, les groupes à risque de maladies chroniques et les travailleurs de la santé est sous-optimale dans la plupart des États membres de l'Union européenne.

La grande majorité des virus grippaux récemment en circulation dans la Région et dans le monde étaient sensibles aux inhibiteurs de la neuraminidase, ce qui plaide en faveur d'un traitement antiviral conforme aux directives nationales.

Sources : Flu News Europe, Joint ECDC - WHO / Europe weekly influenza update ; European Centre for Disease Prevention and Control.