Cas de légionellose en Australie au retour d'un voyage à Bali Médecine des voyages

Publié le 26 déc. 2019 à 18h12

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Australie occidentale un nouveau cas de légionellose a été diagnostiqué chez un australien qui a séjourné au Ramayana Resort and Spa dans le centre de Kuta à Bali en Indonésie

Ce cas identifié comme infecté par Legionella du sérogroupe 1 comme 4 autres cas détectés entre 4 février au 30 novembre 2019 et qui avaient également séjourné dans le même hôtel à Kuta au Ramayana Resort and Spa situé sur Jalan Singosar.

Les voyageurs qui ont programmé un séjour à Bali sont avertis d'un risque potentiel de légionellose. 

Le même hôtel avait été impliqué dans une épidémie internationale antérieure entre août 2010 et novembre 2011 qui avait touché un total de 13 Australiens, dont 9 personnes d'Australie occidentale. 

Rappels sur la légionellose  :

La légionellose  (ou Maladie des légionnaires) est une maladie de gravité variable allant d'une atteinte fébrile bénigne à des formes parfois mortelles de pneumonie. Elle est due à une exposition aux espèces Legionella.

Après une période d'incubation de 2 à 10 jours, la légionellose se manifeste par des infections pulmonaires aiguës de type pneumopathies. Les premiers symptômes ressemblent à une grippe (fièvre, toux sèche) suivis par une augmentation de la fièvre qui peut atteindre 39.5 °C. Le malade ressent alors des sensations de malaise, ainsi que des douleurs abdominales (nausées, vomissements, diarrhées), accompagnées de troubles psychiques (confusion, désorientation, hallucinations pouvant aller jusqu'au delirium et au coma).

La maladie peut évoluer avec deux types de complications : une insuffisance respiratoire irréversible et une insuffisance rénale aiguë, qui sont alors souvent fatales. Les Legionella prolifèrent toutefois essentiellement chez les individus les plus fragiles tels que les personnes immunodéprimées ou les personnes fragilisées (opérés, personnes âgées, nourrissons).

Dans le monde entier, Legionella pneumophila transmise par l'eau est la cause la plus courante de cas d'infection et de flambées. On trouve couramment cette espèce et les espèces apparentées dans les lacs, les rivières, les torrents, les sources chaudes et d'autres collections d'eau. On peut trouver d'autres espèces, comme L. longbeachae dans les terreaux pour rempotage. La bactérie vit et se multiplie dans les systèmes d'eau à des températures comprises entre 20 et 50°C (température optimale de 35°C).

La voie la plus courante de transmission de Legionella passe par l'inhalation d'aérosols contaminés. Les sources d'aérosols que l'on a associées à cette transmission sont les tours de refroidissement des systèmes d'air conditionné, les systèmes d'eau chaude et froide, les humidificateurs d'air et les bains à remous.

Sources : Promed.