Évolution de l'éruption du volcan Taal aux Philippines Médecine des voyages

Publié le 16 jan. 2020 à 12h33

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Aux Philippines,  le 12 janvier 2020, le volcan Taal dans le sud de Luzon, à 60 km au sud de Manille, est entré dans une période d'activité phréatique accrue et l'activité du volcan le 16 janvier se poursuit à des niveaux élevés, le niveau d'alerte est à 4 sur 5.

Il  émet des projections de lave ainsi qu'une importante colonne de fumée (vapeur et cendres).

Le Phillippine Institute of Volcanology and Seismology maintient un niveau d'alerte 4 (éruption dangereuse imminente) sur 5. Au moins trois villes (Talisay, Balete, et San Nicolas) proches du cratère, ainsi que l'île du volcan, ont été évacuées. Il est très fortement recommandé de ne pas se rendre dans la zone du lac Taal, où un périmètre de 14 km autour du cratère a été déclaré comme zone à haut risque.

Des pluies de cendres ont été constatées depuis le volcan Taal dans les villes environnantes et jusqu'à Quezon city, au nord de l'agglomération de Metro Manila, ayant entraîné la fermeture temporaire de l'aéroport international de Manille (NAIA) du 12 au 13 janvier.

Les pluies de cendres se sont poursuivies sur plusieurs localités de la province de Batangas (Cuenca, Lemery et Taal) et ont conduit à de très épaisses accumulations de cendres dans ces régions. Ces zones ont été placées en état de catastrophe naturelle et il est fortement déconseillé de s'y rendre.

L'aéroport international de Manille (NAIA), fermé pendant 24h, a repris ses opérations de manière partielle et progressive.

Dans ce contexte et dans la mesure où le trafic aérien pourrait à nouveau être très affecté, il est fortement recommandé de différer les voyages non essentiels à Manille ou dans l'île de Luzon dans l'attente de l'évolution de la situation.

Il est de plus totalement déconseillé de se rendre dans un rayon de 20km autour de la zone du lac de Taal en raison de l'apparition de nouvelles fissures. Les Français qui ne seraient pas en mesure de s'éloigner temporairement de cette zone à risque élevé sont invités à se tenir informés de la situation, à constituer des stocks (eau potable et nourriture) et de suivre les recommandations des autorités locales.

L'exposition à des cendres volcaniques peut causer des irritations des yeux, du nez, de la gorge et de la peau.

Les personnes les plus à risque sont les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes ayant des antécédents de problèmes cardiaques et respiratoires. Elles peuvent présenter notamment des problèmes respiratoires mineurs, des décompensations de maladies cardiaques ou pulmonaires préexistantes et des décès prématurés.

Plus d'informations :

Sources : Phillippine Institute of Volcanology and Seismology volcano activity update ; France Diplomatie, Ministère de l'Europe et des affaires étrangères ; VolcanoDiscovery.