Cas de paludisme à Plasmodium knowlesi chez un touriste allemand au retour de Thaïlande Médecine des voyages

Publié le 5 fév. 2020 à 08h30

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Un touriste allemand qui avait visité l'île de Koh Chang dans la mer d'Andaman en Thaïlande du 25 décembre 2019 à 20 janvier 2020 a présenté depuis le 21 janvier à son retour en Allemagne une fièvre intermittente et des maux de tête. 

Le 24 janvier, il s'est présenté à la Division de Médecine tropicale et des maladies infectieuses à Munich, où le paludisme a été diagnostiqué sur frottis sanguin. 

Le diagnostic de paludisme à Plasmodium knowlesi par technique de biologie moléculaire (RT-PCR). 

Le patient a été traité avec succès par Atovaquone et Proguanil. 

Plusieurs cas de paludisme à Plasmodium knowlesi ont été rapportés depuis plusieurs années au retour de Thaïlande et notamment de cette même île qui est actuellement définie comme une zone à faible risque. L'infection par Plasmodium knowlesi est un problème présent en Asie du Sud. 

Plasmodium knowlesi est un parasite responsable du paludisme transmis en Asie du Sud-Est, principalement en Malaisie (Bornéo, péninsule), Indonésie, Philippines, Thaïlande et Birmanie chez des personnes vivant dans les forêts et à la lisière des bois. Les cas chez les voyageurs sont très rares. Un cas de paludisme à P. knowlesi a également été diagnostiqué en septembre 2012 chez un touriste japonais de retour de Malaisie.

Source : Promed.