Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Augmentation du nombre de foyers épidémiques de fièvre jaune en Ouganda Médecine des voyages

Publié le 23 fév. 2020 à 11h13

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Ouganda, le ministère de la Santé avait notifié 2 foyers épidémiques de fièvre jaune au mois de janvier 2020 (nouvelle n°15096 du 25 janvier 2020). 

Le 14 février 2020, 8 cas ont été confirmés en laboratoire de fièvre jaune par le système de surveillance nationale dans les districts de Buliisa (3 cas), Maracha (1 cas), et Moyo (4 cas), y compris 4 décès (létalité : 50 %). 

La présence de la fièvre jaune n'est pas nouvelle en Ouganda, et des épidémies surviennent de façon sporadique. 

La couverture vaccinale (4,2 %) est extrêmement faible et bien en deçà des 80 % qui fournirait protection adéquate de la population. 

Conseils de l'OMS

A l'entrée dans le pays, un certificat de vaccination contre la fièvre jaune est exigé des voyageurs âgés de un an et plus en provenance de pays où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune.

La vaccination est la principale intervention pour prévenir et combattre la fièvre jaune.

La détection précoce et l'investigation des cas de fièvre jaune par le biais d'une surveillance étroite sont essentielles pour contrôler le risque d'épidémies de fièvre jaune.

La prévention des piqûres de moustiques (répulsifs, port de vêtements longs) est une mesure supplémentaire qui limite le risque de transmission de la fièvre jaune. Dans les centres urbains, des mesures ciblées de lutte antivectorielle sont également utiles pour interrompre la transmission.

Le 1er juillet 2019, l'OMS a mis à jour les zones à risque de transmission de la fièvre jaune et les recommandations correspondantes en matière de vaccination des voyageurs internationaux. La liste des pays à risque et les recommandations révisées concernant la vaccination contre la fièvre jaune sont disponibles sur le site web de l'OMS : Voyages internationaux et santé (ITH) .

L'OMS encourage ses États Membres à prendre toutes les mesures nécessaires pour tenir les voyageurs bien informés des risques et des mesures de prévention, y compris de la vaccination.

Les voyageurs devraient également être informés des signes et des symptômes de la fièvre jaune et informés de la nécessité de consulter rapidement un médecin s'ils développent des signes de maladie.  

Recommandations Françaises

Le Haut Conseil de la santé publique (recommandations sanitaires pour les voyageurs 2017 recommande en outre que les personnes dont la vaccination contre la fièvre jaune date de plus de 10 ans reçoivent une seconde dose de vaccin amaril en cas d'épidémie signalée dans le pays visité (sauf s'il apparait que cette personne a déjà reçu 2 doses).

Les voyageurs qui prévoient de visiter des zones à risque de fièvre jaune doivent recevoir le vaccin contre la fièvre jaune au moins 10 jours avant de voyager, suivre des mesures pour éviter les piqûres de moustiques et être avertis des symptômes de la fièvre jaune.

Les recommandations ou obligations vaccinales personnalisées pour un voyage en zone , qu'elles concernent la fièvre jaune ou d'autres maladies à prévention vaccinale, sont disponibles sur MedecineDesVoyages.net.

L'OMS ne recommande aucune restriction concernant les voyages ou les échanges commerciaux sur la base des informations disponibles.

Sources : Organisation mondiale de la santé ; Promed.


Maladie : Fièvre jaune

Vaccin : STAMARIL

Références principales :