L'épidémie de grippe est toujours active en Suisse Médecine des voyages

Publié le 4 mar. 2020 à 15h51

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

La Suisse est encore en pleine épidémie de grippe avec une circulation active et souvent encore intense des virus. 

L'épidémie a atteint un pic en Suisse à la semaine 6, mais le virus circule encore largement. La propagation de la grippe était encore largement répandue dans presque toutes les régions (données jusqu'au 25 février 2020). 

L'incidence la plus élevée était toujours dans la classe d'âge des 0 à 4 ans et la tendance dans la classe d'âge des 15 à 29 ans était ascendante. 

Pour toutes les autres classes d'âge, la tendance était constante ou descendante. 

Le virus A(H1N1) circulait principalement (43 %), suivi du virus B de souche Victoria (33 %) et le virus A(H3N2) (19 %).

Conséquences pour le voyageur : La vaccination reste le moyen le plus efficace pour se protéger de la grippe et de ses complications graves (pneumonies, hospitalisations), en particulier pour les personnes de plus de 65 ans, les malades chroniques et / ou avec déficit immunitaire, les femmes enceintes, les enfants nés prématurément, les pensionnaires de foyers pour personnes âgées et de foyers médicalisés ainsi que leurs personnes de contact, et tout le personnel médical. 

Elle est encore conseillée à l'heure actuelle, aussi en raison de l'épidémie concomitante au coronavirus COVID-19. En effet, la vaccination diminue le risque de présenter des symptômes grippaux (fièvre, maux de tête, toux, plaintes respiratoires, etc.) qui peuvent être confondus avec ceux d'une infection au coronavirus (COVID-19) qui sont similaires. 

Source : Safetravel.