Suite à l'évolution de la pandémie de COVID-19, l'Ouzbékistan ferme ses frontières Médecine des voyages

Publié le 3 avr. 2020 à 09h16

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Suite à l'évolution de la pandémie de COVID-19, depuis le 15 mars, les autorités ouzbèkes ont notamment mis en place les mesures suivantes, dont la violation est souvent passible de sanctions administratives, voire pénales :

  • toutes les frontières sont fermées et les liaisons aériennes et terrestres régulières suspendues ;
  • les règles de quarantaine de quatorze jours s'appliquent à tout citoyen venant de l'étranger ou ayant été en contact avec un patient ;
  • la circulation des transports (sauf fret et retours en véhicule individuel dans sa ville de résidence) est suspendue entre les régions du pays, et restreinte à l'entrée des villes de Tachkent, Samarcande, Boukhara, Namangan, Andijan et Goulistan ;
  • la circulation des transports publics et des véhicules individuels est suspendue à Tachkent et Samarcande ;
  • Le régime de confinement est introduit depuis le 1er avril 2020 à Tachkent, Noukous et dans toutes les capitales régionales. Il est interdit aux habitants âgés de plus de 65 ans de quitter leur domicile. Les sorties ne sont autorisées que pour des raisons impératives : achat d'alimentation et de médicaments dans des commerces/pharmacies situés à proximité du lieu de résidence ;
  • le rassemblement de plus de trois personnes (sauf membres de la même famille) est interdit dans tout lieu public et une distance de deux mètres doit être respectée entre les personnes ;
  • le port de masque de protection est obligatoire ;
  • tous les lieux accueillant du public (centres commerciaux, établissements scolaires, commerces non essentiels, restaurants) sont fermés, à l'exception des commerces d'alimentation et des pharmacies ;
  • le régime de travail à distance ou de mise en congés est introduit dans les administrations (suspension de réception du public et de nombreuses démarches administratives) ;
  • la diffusion de fausses informations liées à la situation épidémiologique est passible de sanctions pénales ;
  • les visas des citoyens étrangers présents en Ouzbékistan sont automatiquement prorogés jusqu'au 5 mai 2020.

Les mesures adoptées par les autorités ouzbèkes sont évolutives et leur application est variable. En fonction de l'évolution de la situation sanitaire en Ouzbékistan et dans des pays tiers, les autorités ouzbèkes sont susceptibles de les modifier sans préavis.

Compte tenu de ces mesures, il est par conséquent conseillé :

  • aux ressortissants français de différer tout déplacement en Ouzbékistan
  • aux ressortissants français résidant sur place de se conformer strictement aux exigences des autorités ouzbèkes.
Source : France Diplomatie, Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.