Situation épidémiologique de la dengue à Mayotte Médecine des voyages

Publié le 24 avr. 2020 à 08h14

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Grâce à la surveillance basée sur les événements effectuée tout au long de 2019, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a eu connaissance d'une épidémie de dengue à Mayotte, en France, depuis juillet 2019. Selon l'autorité régionale de la santé (Agence régionale de santé) de Mayotte, l'épidémie s'est intensifiée en janvier 2020 lorsque le nombre de cas a augmenté de manière significative.

Le 17 avril 2020, depuis le début de l'année 3 533 cas confirmés de dengue ont été signalés sur l'île, dont 16 décès.  

Sur les 3 533 cas, 339 ont été hospitalisés et 21 cas ont été pris en charge dans les unités de soins intensifs. 

Du 23 février 2020 au 21 mars 2020, six des 17 communes de Mayotte avaient un taux d'incidence supérieur à 5%.

La grande majorité des cas de dengue dans cette épidémie ont été causés par le virus de la dengue de sérotype 1 (DENV-1).

Dans le passé, Mayotte a signalé quatre flambées de dengue, en 1993, 2010 (causées par DENV-3), et en 2013 et 2014 (causées par DENV-2), qui ont été enregistrées dans plusieurs communes de l'île principale de Mayotte et du petite île de Petite-Terre. 

L'épidémie actuelle est la plus importante épidémie de dengue à Mayotte signalée à ce jour. 

Réponse de santé publique

Les autorités sanitaires de Mayotte ont mis en œuvre les mesures suivantes :

  • Renforcement des activités de lutte intégrée contre les vecteurs;
  • Renforcer la surveillance pour identifier les cas;
  • Mise à jour des directives de gestion clinique, mobilisation sociale et communication des risques d'urgence.

Évaluation des risques par l'OMS

L'île de Mayotte fait partie de l'archipel des Comores (canal du Mozambique, sud-ouest de l'océan Indien), qui est sous administration française. Depuis 2019, seule la circulation de DENV-1 a été établie à Mayotte. Cependant, des épidémies causées par d'autres sérotypes sont actuellement en cours dans la zone Océan Indien, permettant l'introduction d'un autre sérotype à Mayotte. 

Un changement dans le sérotype DENV prédominant peut entraîner des infections secondaires plus graves au virus de la dengue et des cas graves de dengue nécessitant une hospitalisation et une bonne prise en charge. Une communication globale sur les risques doit être développée.

En raison de la présence et d'une densité suffisante des vecteurs compétents ( Aedes albopictus et Aedes aegypti ), du climat chaud et humide et de la saison des pluies actuelle (climat maritime tropical avec une saison des pluies chaude de novembre à mai), une nouvelle recrudescence des cas ne peut être exclu.

Répondre à l'épidémie de dengue à Mayotte pourrait être difficile en raison de la situation actuelle de la COVID-19 et des établissements de santé débordés. 

Le 18 avril 2020, Mayotte avait notifié 263 cas confirmés de COVID-19. En outre, il est possible qu'une partie de la population ait des difficultés à accéder au système de santé. 

La population de Mayotte est jeune mais comprend des populations vulnérables, telles que les personnes économiquement défavorisées, les minorités raciales et ethniques, celles qui ne sont pas assurées et les personnes souffrant de problèmes de santé chroniques tels que le diabète et l'hypertension, qui rencontrent souvent des obstacles à l'accès aux services de santé.

Mayotte n'a qu'un hôpital et 16 lits dans l'unité de soins intensifs, et le recours à la médecine traditionnelle est également fréquent. De plus, la sous-déclaration des cas de dengue ne peut être exclue. 

L'OMS ne recommande aucune restriction de voyage ou de commerce à Mayotte sur la base des informations disponibles sur cette flambée.

Rappels sur la dengue 

La dengue, maladie virale due au virus de la Dengue (4 sérotypes) de la famille des Flaviviridae, transmise par une piqûre de moustique, se manifeste le plus souvent par un syndrome grippal (fièvre, douleurs musculaires, parfois éruption cutanée). La dengue peut évoluer en forme grave hémorragique. La prise d'aspirine est formellement déconseillée. Il n'existe pas de traitement médicamenteux préventif disponible contre la dengue.

Il existe :

  • La fièvre dengue caractérisée par l'apparition soudaine d'une forte fièvre, de graves maux de tête, une douleur derrière les yeux et des douleurs dans les muscles et les articulations. Certains peuvent également avoir une éruption cutanée et divers degrés de saignement dans diverses parties du corps (notamment le nez, la bouche et les gencives ou des ecchymoses sur la peau). La dengue a un large spectre d'infection (asymptomatique à symptomatique). La maladie symptomatique peut varier de la dengue (DF) à la dengue plus grave de la dengue (DH).
  • Fièvre hémorragique de la dengue (DHF) - est une forme plus grave, observée seulement chez une faible proportion des personnes infectées. La DHF est une maladie stéréotypée caractérisée par 3 phases; phase fébrile avec forte fièvre continue généralement inférieure à 7 jours; phase critique (fuite de plasma) d'une durée de 1 à 2 jours, généralement apparente lorsque la fièvre baisse, entraînant un choc si elle n'est pas détectée et traitée rapidement; phase de convalescence d'une durée de 2 à 5 jours avec amélioration de l'appétit, bradycardie (fréquence cardiaque lente), éruptions cutanées convalescentes (plaques blanches sur fond rouge), souvent accompagnée de démangeaisons généralisées (plus intense dans les paumes et les plantes des pieds) et de diurèse (augmentation du débit urinaire) .
  • Le syndrome de choc de la dengue (DSS) - Le syndrome de choc est une complication dangereuse de la dengue et est associé à une mortalité élevée. Une dengue grave survient à la suite d'une infection secondaire avec un sérotype viral différent. Une perméabilité vasculaire accrue, associée à un dysfonctionnement du myocarde et à une déshydratation, contribue à la survenue d'un choc entraînant une défaillance multiorganique.

Il n'existe pas de traitement spécifique contre le virus. Pour les touristes européens, la prévention de la dengue passe donc par la lutte contre son vecteur Aedes albopictus. Le moyen le plus efficace pour combattre ce moustique est d'éliminer ses lieux de ponte (soucoupes, petits récipients, déchets, réservoirs, vases, pneus, etc.).

Conseils aux voyageurs

Aucun vaccin n'est disponible contre le chikungunya et la dengue. 

Il est conseillé aux voyageurs de se protéger des piqûres de moustique. Il convient de respecter les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle :

  • de réduire le temps passé à l'extérieur pendant les heures de pointe du moustique (entre le crépuscule et l'aube) ;
  • de porter des vêtements de couleur claire avec des manches longues, pantalons et chaussettes dans les zones où les moustiques sont présents ;
  • de se protéger des piqûres de moustiques en utilisant un insectifuge contenant du DEET ; 
  • de nettoyer les gouttières et vider régulièrement les bains d'oiseaux et autres objets susceptibles de recueillir de l'eau ;
  • de s'assurer que les barils de pluie sont recouverts de moustiquaires ou qu'ils sont étroitement scellés autour du tuyau de descente des eaux de pluies ;
  • d'améliorer l'aménagement paysager pour empêcher l'eau stagnante autour de la maison.

Les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire.

Afin d'éviter au maximum la dissémination du virus de la dengue, chikungunya et virus Zika sur le territoire métropolitain, devant une fièvre d'apparition brutale et des douleurs articulaires ou musculaires dans les 15 jours qui suivent le retour d'un voyage en zone à risque, il faut consulter son médecin au plus vite en signalant son voyage.

Source : Organisation mondiale de la santé.


Maladie : Dengue

Vaccin : DENGVAXIA

Référence principale :