Cas de fièvre jaune au Gabon Médecine des voyages

Publié le 20 juin 2020 à 12h38

Biographie

Médecin retraité, spécialisé en médecine des voyages. Membre de la Société de médecine des voyages (depuis 2000) Formateur en vaccinologie et médecine des voyages (depuis 2000)

Liens d'intérêt

Absence de lien d’intérêt avec les firmes pharmaceutiques

Le 15 avril 2020, l'Organisation mondial de la santé (OMS) a reçu des informations concernant un cas confirmé de fièvre jaune dans le village de Magandi, ville de Tchibanga dans la province de Nyanga au sud du Gabon, à 590 km de la capitale, Libreville.

Il s"agit d'un homme de 83 ans sans antécédent de vaccination contre la fièvre jaune. 

Il a présenté des symptômes le 30 janvier 2020 et s'est présenté à un établissement de santé le 2 février 2020 avec des douleurs abdominales et un ictère.

Entre le 2 février et le 9 avril, il a consulté le centre de santé urbain de Tchibanga, l'hôpital Christian Alliance de Bongolo et l'hôpital universitaire de la capitale Libreville où le cas a reçu un traitement antipaludéen et est resté hospitalisé jusqu'à son décès le 9 avril 2020. 

Le 14 avril 2020, les résultats de laboratoire reçus du Laboratoire régional de référence de l'OMS à l'Institut Pasteur de Dakar, ont confirmé une infection à la fièvre jaune, par test de séroneutralisation. 

Les tests diagnostiques différentiels supplémentaires effectués étaient négatifs pour la dengue, la fièvre du Nil occidental, le chikungunya, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo,

Le 15 avril 2020, une enquête multidisciplinaire a été menée à Tchibanga par le ministère de la Santé  avec le soutien technique de l'OMS. Selon le rapport d'enquête sur le terrain, le cas n'avait aucun antécédent de voyage récent avant le début de la maladie et aucun cas supplémentaire n'a été trouvé dans la communauté malgré de nombreuses activités de recherche de cas.

Les derniers cas de fièvre jaune au Gabon ont été détectés en 2019. Ces deux cas confirmés de fièvre jaune concernaient des travailleurs internationaux non vaccinés dans le district sanitaire de Mitzicrégion de Woleu-Ntem.

Le vaccin contre la fièvre jaune a été introduit dans la vaccination systématique en 2000. La couverture vaccinale contre la fièvre jaune au Gabon serait sous-optimale (moins de 85 %) (estimations OMS / UNICEF, 2018). Le cas provient de la zone de santé de Mongo, où la couverture vaccinale est de 76% en 2020.

Réponse de santé publique

  • Une équipe d'enquête sur le terrain a été déployée le 15 avril 2020.
  • Une enquête épidémiologique a été menée dans le village de résidence de l'affaire.
  • Une vaccination systématique améliorée est prévue.
  • Une enquête entomologique est en cours de planification.

Évaluation des risques par l'OMS

La fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë qui a le potentiel de se propager rapidement et d'avoir de graves répercussions sur la santé publique dans les populations non vaccinées.

La détection du cas confirmé de fièvre jaune dans la province de Nyanga montre la possibilité de propagation de la fièvre jaune sylvatique dans les zones d'endémie à des personnes non vaccinées dans une zone rurale, même dans le contexte d'une immunité de population modérément élevée (70 %). Cela souligne l'importance d'atteindre et de maintenir une immunité élevée de la population dans toutes les zones à haut risque de fièvre jaune.

Il existe actuellement un risque de perturbation des activités de vaccination de routine en raison des impacts liés au COVID-19 sur le système de santé et d'une diminution de la demande de vaccination en raison des exigences de distanciation physique ou des réticences de la communauté. L'interruption des services de vaccination, même pendant de brèves périodes, augmentera le nombre de personnes sensibles et la probabilité de flambées de maladies évitables par la vaccination. Au 12 juin 2020, il y avait 3 463 cas confirmés de Covid-19 au Gabon.

Conseils de l'OMS

Le Gabon est un pays hautement prioritaire pour la stratégie d'élimination de l'épidémie de fièvre jaune (EYE). La vaccination est la principale intervention pour la prévention et le contrôle de la fièvre jaune. Dans les centres urbains, des mesures de lutte antivectorielle ciblées sont également utiles pour interrompre la transmission. L'OMS et ses partenaires continueront d'aider les autorités locales à mettre en œuvre ces interventions pour lutter contre la flambée actuelle.

L'OMS recommande la vaccination contre la fièvre jaune pour tous les voyageurs internationaux au Gabon, à partir de neuf mois.

L'OMS encourage ses États Membres à prendre toutes les mesures nécessaires pour tenir les voyageurs bien informés des risques et des mesures préventives, y compris la vaccination. 

Les voyageurs doivent également être informés des signes et des symptômes de la fièvre jaune et être invités à consulter rapidement un médecin s'ils présentent des signes et des symptômes évocateurs d'une infection à la fièvre jaune. 

Les voyageurs de retour au Gabon qui peuvent être infectés par la fièvre jaune peuvent présenter un risque pour l'établissement de cycles locaux de transmission de la fièvre jaune dans les zones où le vecteur compétent est présent.

L'OMS ne recommande aucune restriction aux voyages et au commerce au Gabon sur la base des informations disponibles sur cette flambée.

Source :  Organisation mondiale de la santé.