Préqualification par l’OMS du vaccin de Sanofi Pasteur contre la fièvre typhoïde

Publié le 23 juin 2011 à 17h23

Biographie

- Assistant de biologie médicale et au service des urgences de l'HIA Bégin, à Saint-Mandé
- Spécialiste des envenimations, auteur de plusieurs publications scientifiques sur ce sujet, et co-auteur du livre intitulé "aspects cliniques et thérapeutiques des envenimations graves" (Urgence Pratique publications).

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération de l’industrie pharmaceutique
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins
- Déclaration mise à jour le 31/08/2014

Sanofi Pasteur, la division vaccins du groupe Sanofi Aventis, a annoncé via un communiqué de presse que l'Organisation Mondiale de la Santé a accordé le statut de préqualification à son vaccin polysaccharidique contre la fièvre typhoïde, Typhim Vi®. Il s'agit du premier vaccin contre la fièvre typhoïde à obtenir la préqualification de l'OMS. Il est indiqué pour l'immunisation active des sujets âgés de deux ans et plus contre la fièvre typhoïde.

Cette préqualification constitue une étape essentielle pour l'achat des vaccins par l'UNICEF et les autres agences de l'ONU comme le fonds revolving de l'Organisation panaméricaine de la santé (PAHO). C'est aussi un préalable à la distribution des vaccins dans le cadre du Programme de soutien aux vaccins nouveaux ou sous-utilisés de GAVI Alliance (Alliance mondiale pour les vaccins et l'immunisation), dont la mission est d'assurer et d'améliorer l'accès des pays en développement aux vaccins répondant aux normes de qualité, de sécurité et d'efficacité.

La fièvre typhoïde représente une cause majeure de morbidité, avec une incidence globale d'environ 21 millions de cas annuels. Elle se transmet par l'ingestion de boissons ou d'aliments souillés par les selles ou l'urine d'individus infectés. Les symptômes consistent en une fièvre, des malaises, des maux de tête, une constipation ou une diarrhée, des taches rosées sur la poitrine et une augmentation de volume de la rate et du foie. On peut traiter la fièvre typhoïde avec des antibiotiques, mais la résistance aux antibiotiques courants est très répandue.

Source : Sanofi Pasteur.