Résistance de Plasmodium falciparum à l'artémisine découverte au Rwanda Médecine des voyages

Publié le 6 août 2020 à 13h48

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Rwanda, dans une étude publiée le 3 août 2020 dans Nature Medecine il est rapporté les premiers cas de résistance de Plasmodium falciparum, parasite responsable du paludisme, à l'artémisine.

La résistance à l'artémisinine est répandue dans toute l'Asie du Sud-Est mais à ce jour, elle n'avait pas été notifiée en Afrique. 

La mutation Pfkelch13 R561H qui peut médier la résistance à l'artémisinine a été identifiée chez 19 des 257 patients (7,4 %) à Masaka inclus dans l'étude. L'analyse phylogénétique a révélé l'expansion d'une lignée indigène R561H.

Cette étude fournit des preuves de l'émergence de novo de la résistance à l'artémisinine médiée par Pfkelch13 au Rwanda, compromettant potentiellement le succès continu de la chimiothérapie antipaludique en Afrique.

Référence : Emergence and clonal expansion of in vitro artemisinin-resistant Plasmodium falciparum kelch13 R561H mutant parasites in Rwanda. Aline Uwimana, Eric Legrand, Barbara H. Stokes, Jean-Louis Mangala Ndikumana, Marian Warsame, Noella Umulisa, Daniel Ngamije, Tharcisse Munyaneza, Jean-Baptiste Mazarati, Kaendi Munguti, Pascal Campagne, Alexis Criscuolo, Frédéric Ariey, Monique Murindahabi, Pascal Ringwald, David A. Fidock, Aimable Mbituyumuremyi & Didier Menard, Nature Medicine (2020).

Source : Nature Medicine.