Intoxication alimentaire par des moules aux Philippines Médecine des voyages

Publié le 17 sept. 2020 à 21h57

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Aux Philippines, dans la ville insulaire de Daram sur l'île de Samar dans les Visayas orientales, les autorités sanitaires ont signalé la survenue le 16 septembre du décès de deux frères de 3 et 8 ans et l'intoxication de 4 autres membres de cette famille de 7 personnes au décours de la consommation de moules vertes (tahong). 

Les victimes ont souffert d'engourdissements, de vomissements et de fortes douleurs abdominales. Le chef de l'unité régionale de surveillance épidémiologique a déclaré que tous les symptômes indiquaient que les patients souffraient d'une intoxication paralysante par les mollusques (IPM) après avoir mangé des mollusques infectés par la "marée rouge".

Les eaux côtières du Samar oriental sont actuellement infestés par la "marée rouge". 

Les autorités appellent le public à s'abstenir de ramasser, vendre et manger des coquillages provenant de ces zones car ils ne sont pas propres à la consommation humaine.

L'intoxication paralysante par les mollusques (IPM)

L’IPM survient après l’ingestion de mollusques bivalves (moules, huîtres, myes, pétoncles..) contenant des biotoxines. Les biotoxines causant l’IPM sont des saxitoxines. Elles sont présentes partout dans le monde et sont produites par des dinoflagellés dont la prolifération peut entraîner un rougissement ou un jaunissement de l'eau ("marée rouge"). Toutefois, ce changement de couleur peut être dû à la prolifération de nombreux types d'espèces planctoniques qui ne sont pas toujours toxiques et toutes les floraisons d'algues toxiques ne sont pas colorées.

Les saxitoxines inhibent la transmission neuromusculaire, notamment au niveau du système nerveux périphérique et diminuent l'entrée des ions sodium au niveau des muscles striés.

Moins d'une heure après l'ingestion, apparaissent brutalement les signes suivants : paresthésies (picotements) autour des lèvres et aux doigts, nausées, vomissements, diarrhée (rares), dyspnée, sensation vertigineuse, salivation. L'évolution peut être fatale en quelques heures avec la paralysie des muscles respiratoires.

Ces toxines sont résistantes à la congélation et à la chaleur, et la cuisson normale ne les détruit pas.

Source : ProMED.