La Malaisie signale deux nouveaux cas de rage humaine au Sarawak Médecine des voyages

Publié le 6 déc. 2020 à 16h32

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Malaisie les autorités sanitaires ont signalé 2 autres cas de rage humaine dans la province de Sarawak.

Le premier cas, le 7ème de l'année, est un garçon de 3 ans qui avait été mordu au visage par un chien le 2 novembre 2020. Il a immédiatement été admis à l'hôpital de Bau pour recevoir une injection d'immunoglobulines antirabiques et un vaccin antirabique. L'enfant a été renvoyé en bonne santé le 6 novembre 2020. Cependant, du 13 novembre 2020 au 15 novembre 2020, il a développé une forte fièvre, une faiblesse musculaire, de l'agitation, de l'hydrophobie et un comportement agressif. Il a été admis à l'hôpital général du Sarawak à  Kuching le 16 novembre 2020 pour un traitement complémentaire et le diagnostic de rage a été confirmé a l'Institut de recherche médicale (IMR) le 25 novembre 2020. L'enfant est pour l'instant dans un état  stable. Le chien a été confirmé positif au virus de la rage le 18 novembre 2020.

Le deuxième cas, le 8ème de l'année, est un homme de 58 ans qui a été admis dans le service de l'hôpital de Lundu le 19 novembre 2020 avec des symptômes de douleur et de faiblesse musculaire, de troubles de la déglutition. Il a été transféré à l'hôpital général de Sarawak le 21 novembre 2020 lorsque son état de santé s'est aggravé. Il est décédé le 25 novembre 2020 des suites d'une méningo-encéphalite. Le diagnostic de rage a été confirmé par l'IMR le 25 novembre 2020. Le patient avait été mordu par un chien sauvage alors qu'il chassait dans la jungle, mais n'avait pas cherché à se faire soigner dans un établissement de santé. 

Source : Outbreak News Today.