La Russie rapporte deux cas de paludisme associés au voyage après un safari à Zanzibar Médecine des voyages

Publié le 6 déc. 2020 à 17h25

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Russie, selon les médias, 2 personnes du Tatarstan ont été testées positives pour le paludisme après leur retour de Zanzibar, en Tanzanie. Le département du contrôle sanitaire de la République du Tatarstan a déclaré qu'une personne était morte. Les vacanciers sont partis en safari, ont passé la nuit dans le désert et ont remarqué qu'il y avait beaucoup de moustiques.

Rappels : 

En Tanzanie, le risque de transmission du paludisme existe toute l'année dans tout le pays au-dessous de 1800 m y compris à Zanzibar (Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2019. Haut Conseil de la Santé Publique).

L'évolution des données épidémiologiques concernant le paludisme doivent faire rappeler aux voyageurs que les recommandations de prévention s'appuient toujours sur le triptyque :

  • Protection personnelle antivectorielle (port de vêtements couvrants imprégnés d'insecticides, pulvérisation de répulsifs anti-moustiques sur les parties découvertes, utilisation de moustiquaires imprégnées d'insectifuges).
  • Une chimioprophylaxie adaptée, dans les zones concernées par le risque de transmission.
  • Information du voyageur sur l'importance du diagnostic en urgence d'une fièvre au retour d'une zone impaludée.

Source : Outbreak News Today.