Le point sur la fièvre de la vallée du Rift au Kenya Médecine des voyages

Publié le 14 fév. 2021 à 13h42

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

La fièvre de la vallée du Rift (FVT) a été signalée au Kenya chez les humains dans les comtés d'Isiolo et de Mandera et chez les animaux dans les comtés d'Isiolo, de Mandera, de Murang'a et de Garissa. Au 4 février 2021, il y avait au total 32 cas humains (14 confirmés positifs), et 11 décès (taux de létalité de 34 %).

Dans le comté d'Isiolo :

L'événement aurait débuté le 19 novembre 2020, avec des décès d'éleveurs présentant des symptômes de fièvre, de maux de tête, de malaise général avec ou sans nausées, d'épistaxis et hématémèse, et de douleurs abdominales et diarrhées, signalés au département de la santé du comté d'Isiolo. Le premier cas humain a été signalé fin novembre 2020 dans le service de Sericho, dans le sous-comté de Garbatulla. Des décès ont été signalés à Gafarsa et Erisaboru dans le sous-comté de Garbatulla ainsi qu'à Korbesa dans le sous-comté de Merti. Le 16 décembre, la FVR a été confirmée par PCR au Laboratoire national de virologie (NVL) de l'Institut de recherche médicale du Kenya (KEMRI). Au 4 février 2021, 22 cas humains au total avaient été signalés (12 cas confirmés positifs), et 10 décès (3 cas confirmés positifs). La plupart des cas provenaient du sous-comté de Garbatulla, la majorité étant des bergers, de sexe masculin, âgés de 13 à 70 ans.

Des moutons et des chèvres ont également été déclarés malades le 19 novembre 2020 dans le sous-comté de Sericho, qui est principalement pastoral. Les communautés de cette région vivent dans des villages et le bétail est pâturé dans des zones de pâturage communales. Des échantillons d'animaux ont été testés IgM et PCR en temps réel positifs pour la FVR au Laboratoire Vétérinaire Central (CVL), à Kabete et au Laboratoire Régional d'Investigation Vétérinaire à Garissa. L'événement a été officiellement confirmé le 7 janvier 2021 et signalé à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) le 15 janvier 2021, puis les 22 et 29 janvier 2021. Au 27 janvier, un total de 20 échantillons de bétail (19 moutons et 1 chameau) avaient été testés positifs pour la FVR par ELISA avec capture d'IgM et PCR en temps réel.

Dans le comté de Mandera :

Un patient du village de Kalmalab, dans le sous-comté de Mandera Nord, est tombé malade après avoir participé à l'abattage de quatre chameaux malades. Il a été évacué vers un hôpital de Nairobi avec des symptômes hémorragiques le 18 janvier. Il a ensuite été admis à l'unité de soins intensifs pour insuffisance organique multiple. La FVR a été confirmée le 21 janvier au NVL. Il est décédé le 22 janvier 2021. Au 4 février 2021, un total de 10 cas (2 confirmés positifs), dont 1 décès, avait été signalé dans le sous-comté de Mandera Nord.
Le village de Kalmalab est situé en bordure de la rivière Dawa, qui a débordé suite aux pluies qui se sont abattues sur les hauts plateaux éthiopiens. L'épidémie de FVR pourrait être associée à cette inondation, car elle augmente le risque de zoonose transmise par les moustiques. Des échantillons de bétail ont été soumis au CVL Kabete pour être testés.

Dans le comté de Murang'a :

Les cas de bétail atteints du syndrome de la FVR (y compris les hémorragies et les avortements) ont été signalés pour la première fois le 29 décembre 2020 dans le sous-comté de Gatanga, dans le quartier de Kihumbuini. La première mort d'animal a été signalée le 1er janvier 2021. Des échantillons ont été prélevés dans la même ferme le 1er janvier et ont été confirmés positifs le 3 janvier. D'autres cas d'animaux suspects ont été signalés dans le quartier de Ng'araria, dans le sous-comté de Kandara. Aucun cas humain n'a été confirmé, mais les cas suspects ont été retracés et des échantillons des foyers touchés ont été collectés le 25 janvier pour être testés au NVL.

Dans le comté de Garissa :

Des échantillons de bétail suspect (moutons et chèvres) ont été prélevés à Masalani, dans le sous-comté d'Ijara, et à Balambala, dans le sous-comté de Balambala, le 20 décembre 2020, en vue d'être testés et ont été confirmés positifs le 22 décembre (IgM en ELISA). Des enquêtes sur le terrain sont en cours pour déterminer l'étendue de l'épidémie.
La surveillance du bétail a été lancée après la détection du foyer à Isiolo. Des foyers chez les animaux ont été observés au cours de cette période. En décembre 2020, les résultats des prélèvements sur 120 animaux d'élevage ont révélé 20 cas positifs confirmés (IgM en ELISA) (19 moutons dont 10 sont morts, et 1 chameau). D'autres analyses de laboratoire sont en cours sur des échantillons humains et de bétail.

Source : Organisation mondiale de la santé (OMS).