Tensions et violence fréquentes au Kenya Médecine des voyages

Publié le 2 avr. 2021 à 09h28

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Des tensions ethniques et la sécheresse cyclique donnent régulièrement lieu à des conflits locaux et à de la violence au Kenya. C'est le cas dans la comté de Laikipia, où les affrontements armés ne sont pas exclus, mais aussi dans la partie nord du district de Samburu, à Moyale et ses environs (Marsabit), à Mandera, Wajir, Lamu et le delta de la rivière Tana (Tana River), dans les régions de l'ouest du pays, près de la frontière nord avec l'Éthiopie et à la frontière orientale avec la Somalie.

Des actes de banditisme violents ont été rapportés à plusieurs endroits, y compris à Nairobi et dans la région de Mombasa.

Il est toujours conseillé de s'informer à l'avance de la situation sécuritaire sur place. En cas d'un attentat ou d'un cambriolage armé, il est conseillé de ne pas résister aux agresseurs.

Source : Royaume de Belgique, Ministère des Affaires étrangères.