Foyer de Fièvre hémorragique de Crimée-Congo en Russie Médecine des voyages

Publié le 6 août 2011 à 08h56

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Les autorités sanitaires de Russie ont déclaré 19 cas de fièvre hémorragique Crimée-Congo (CCHF) dans la région de Stavropol. Huit patients ont contracté l'infection dans le cadre de leur emploi dans l'élevage et les autres au cours de loisirs à la campagne. Selon les statistiques officielles, les morsures de tiques ont été responsables de 8.575 consultations médicales, dont 2.548 pour des enfants. L'Agence fédérale de la santé (Institut de recherche de Stavropol contre la peste) estime que les anomalies climatiques ont favorisé la multiplication des tiques et entrainé des modifications de leur cycle de vie. En particulier, le cycle de développement du vecteur de la CCHF, Hyalomma marginatum, a été retardé de 30 à 45 jours et l'émergence de leurs larves a commencé à la fin de juillet 2011. La répartition des tiques s'est étendue à de nouveaux territoires dans les régions Centre, Ouest et Nord-Ouest de la région de Stavropol.

Source : Promed.