Aucune transmission locale du paludisme au Cap-Vert depuis 3 ans Médecine des voyages

Publié le 28 avr. 2021 à 19h08

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment annoncé que le Cabo Verde (Cap-Vert) est resté trois années consécutives - à partir de janvier 2021 - sans transmission locale du paludisme, devenant ainsi éligible à la certification de l'OMS pour l'élimination du paludisme.
Les cas ont progressivement diminué et, au cours des trois dernières années, le pays n'a signalé aucun cas autochtone.

La certification de l'élimination du paludisme est la reconnaissance officielle par l'OMS du statut de pays exempt de paludisme. L'OMS accorde cette certification lorsqu'un pays a prouvé, au-delà de tout doute raisonnable, que la chaîne de transmission locale de tous les parasites du paludisme humain a été interrompue dans tout le pays pendant au moins les trois dernières années consécutives, et qu'un système de surveillance et d'intervention pleinement fonctionnel, capable d'empêcher le rétablissement de la transmission indigène, est en place.

Si elle est approuvée, ce sera la troisième fois que le Cabo Verde sera certifié. Il l'avait été en 1968 et en 1983. La résurgence de la maladie a été attribuée à des défaillances ultérieures dans la lutte antivectorielle.

Source : Outbreak News Today.