Royaume-Uni : poursuite des affrontements Médecine des voyages

Publié le 10 août 2011 à 18h20

Biographie

- Professeur agrégé du Val-de-Grâce, professeur invité à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 12 avril 2023.

Londres n'a pas connu d'incidents notables la nuit du 9 au 10 août 2011 du fait de la mobilisation d'un important dispositif policier. En revanche, plusieurs villes de province (Manchester, Birmingham, Leicester, Nottingham, Wolverhampton et West Bromwich) ont connu des affrontements et des pillages. Il est donc fortement recommandé aux ressortissants français de se tenir à l'écart des attroupements qui peuvent se former dans les centres urbains et de faire preuve d'une extrême prudence lors des sorties nocturnes.

Les autorités britanniques estiment que le niveau de menace terroriste est très élevé au Royaume-Uni et que le risque d’un attentat est fort probable. Il est recommandé de faire preuve d’une extrême vigilance dans les transports publics et les sites touristiques les plus fréquentés. 

Dans le contexte des efforts accrus de la police britannique pour lutter contre les agressions à l’arme blanche et les violences sur la voie publique, notamment chez les jeunes, il est interdit aux voyageurs de porter ou de transporter une arme blanche (couteau de poche, surtout avec mécanisme bloquant la lame, pointe, cutter) ou des bombes à gaz de défense. En cas de fouille ou de contrôle dans les lieux publics, une personne interpellée en possession de tels objets court un sérieux risque de se voir appliquer des sanctions pénales constituées par de lourdes amendes, assorties de peines d’emprisonnement immédiates. Il n’y a pas de tolérance en cas d’interpellation par les forces de l’ordre.

Source : France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères et européennes.