Tous les adultes jeunes à risque de covid grave peuvent maintenant se faire vacciner

Publié le 30 avr. 2021 à 19h04

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

La campagne de vaccination s'étend rapidement à de nouvelles catégories de population. Après une extension le 12 avril à toutes les personnes âgées de 55 ans et plus, toutes les personnes âgées de 18 ans à 54 ans révolus et qui présentent une affection augmentant le risque de développer une forme grave de covid 19 peuvent se faire vacciner dès le 1er mai 2021.

De plus, les personnes qui vivent dans l'entourage d'une personne immunodéprimée sont également invitées, sur la base d'un certificat médical du médecin traitant de la personne immunodéprimée, à se faire vacciner.

L’âge est le facteur le plus fortement associé au risque d’hospitalisation ou de décès dans toutes les études. Ces études montrent un accroissement quasi-exponentiel du risque par décennie supplémentaire dès 50 ans. L’influence jouée par les comorbidités (terme désignant l'existence d'affections chroniques associées) dans la gravité de la covid 19 apparaît moindre. La liste des affections associées à un risque de forme grave de covid 19 est fondée sur l'avis de la Haute Autorité de santé du 1er mars 2021, sur l'avis du Haut Conseil de la santé publique du 29 octobre 2020 et sur l'avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale du 14 janvier 2021 (définition d'une liste de maladies rares à très haut risque de covid grave).

Afin de faire la synthèse des recommandations provenant de ces différentes instances, on peut identifier trois catégories d'affections considérées comme des facteurs de risque de covid grave.

Liste 1. Très haut risque de décès

Il s'agit d'affections qui entrainent une augmentation importante du risque de décès en cas de covid 19 (risque multiplié par plus de 3). A ces affections identifiées par la Haute Autorité de santé, ont été ajoutés les cancers traités par chimiothérapie, les maladies rénales chroniques sévères en dehors de l'insuffisance rénale terminale et certaines maladies rares (encadré n° 1 dans ce document).

  • cancers et maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie,
  • maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés,
  • transplantations d’organes solides,
  • transplantations par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques,
  • poly-pathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes,
  • trisomie 21,
  • certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection.

Liste 2. Haut risque de décès

Le risque de décès par covid associé à ces infections est multiplié par 1,5 à 3.

  • diabète (de type 1 et de type 2), pour lequel il apparaît que le risque associé pourrait être plus élevé chez les diabétiques plus jeunes,
  • obésité (IMC > 30 kg/m2), ce risque augmente avec l’IMC (IMC > 40 kg/m2) et pourrait être plus élevé chez les plus jeunes,
  • bronchopneumopathie obstructive (BPCO) et insuffisance respiratoire,
  • insuffisance cardiaque,
  • hypertension artérielle compliquée,
  • maladies hépatiques chroniques et en particulier la cirrhose,
  • troubles psychiatriques,
  • démence,
  • antécédent d’accident vasculaire cérébral.

Liste 3. Autres facteurs de risque de covid grave

On considère ces affections comme étant potentiellement des facteurs de risque indépendants de covid grave, avec un risque possible d'hospitalisation ou de décès. Il s'agit pour l'essentiel d'affections identifiées par le Haut Conseil de la santé publique dans son avis du 29 octobre 2020. Les recoupements avec les catégories précédentes on été exclus. 

  • antécédent de chirurgie cardiaque,
  • antécédent de coronaropathie,
  • asthme sévère,
  • fibrose pulmonaire,
  • mucoviscidose,
  • apnée du sommeil,
  • insuffisance rénale chronique non dialysée,
  • immunodépression congénitale ou acquise,
  • syndrome drépanocytaire majeur ou antécédent de splénectomie,
  • maladie du motoneurone,
  • myasthénie grave,
  • sclérose en plaques,
  • maladie de Parkinson,
  • paralysie cérébrale,
  • quadriplégie ou hémiplégie,
  • maladie cérébelleuse progressive.

Les personnes de 18 à 49 ans qui présentent une affection appartenant à la liste 2 ou à la liste 3 ci-dessus (celles ayant une affection à très haut risque étaient déjà éligibles auparavant) pourront donc désormais prendre rendez-vous en centre de vaccination selon les modalités habituelles afin d’être vaccinées avec les vaccins Pfizer-BioNTech ou Moderna. La Figure 1 représente les nouvelles modalités de la vaccination.

Ces recommandations sont prises en comptes par le système d'aide à la décision de MesVaccins. Un premier niveau d'expertise est disponible sans créer de carnet de vaccination sur MesVaccins ou sur Vaccination info service (versions grand public ou professionnels de santé). Un second niveau d'expertise, prenant en compte l'historique vaccinal, est accessible depuis le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.

Figure 1 : La vaccination pour le grand public.

Sources : Direction générale de la santé, Haut Conseil de la santé publique et Haute Autorité de santé.