Augmentation des cas de paludisme à Plasmodium cynomolgi en Malaisie Médecine des voyages

Publié le 26 juil. 2021 à 23h47

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Malaisie, une étude publiée dans Emerging Infectious Diseases par des chercheurs de plusieurs universités malaisiennes, à l'aide de techniques moléculaires, a montré que les infections humaines à Plasmodium cynomolgi étaient largement répandu parmi les communautés indigènes de Malaisie dont les villages sont situés en forêt ou en lisière de forêt.
Plus de 600 échantillons archivés entre 2011 et 2014 parmi les populations indigènes de diverses sous-tribus de 14 villages dans 7 états de Malaisie ont été testés à l'aide de plusieurs techniques : les résultats ont détecté les parasites du paludisme simien Plasmodium knowlesi, Plasmodium cynomolgi, Plasmodium inui, Plasmodium coatneyi, Plasmodium inui-like et Plasmodium simiovale parmi ces communautés.

En outre, les chercheurs ont confirmé la large distribution des cas humains de paludisme à Plasmodium knowlesi en Malaisie et que les infections humaines causées par Plasmodium cynomolgi sont également largement distribuées en Malaisie.

Plasmodium cynomolgi se trouve généralement chez les macaques en Asie du Sud-Est et infecte rarement l'homme (le premier cas chez l'homme a été décrit en 2014). C'est la deuxième espèce de parasite du paludisme connue pour infecter les singes et les humains à l'état sauvage, à la suite de la découverte de l'infection humaine à Plasmodium knowlesi en 2004.

En raison de la présence de Plasmodium cynomolgi chez les macaques en Asie du Sud-Est et du nombre de touristes visitant ces régions et leurs parcs nationaux (qui comptent également des populations de macaques), il n'est pas surprenant de trouver de nouveaux cas.
Étant donné que le diagnostic est difficile, des techniques de détection et d'identification avancées doivent être appliquées pour garantir la prise en compte de Plasmodium cynomolgi dans le diagnostic différentiel lorsque tous les autres tests reviennent négatifs.

Une chimioprophylaxie contre le paludisme doit être envisagée et des mesures de protection individuelle contre les piqûres de moustiques doivent être encouragées lors de la visite de ces zones. Ces mesures de protection individuelle devraient également être prises en compte par les résidents des zones touchées par le paludisme.

Ref : Natural Human Infections with Plasmodium cynomolgi, P. inui, and 4 other Simian Malaria Parasites, Malaysia. Nan Jiun Yap1, Hanisah Hossain1, Thamayanthi Nada-Raja, Romano Ngui, Azdayanti Muslim, Boon-Peng Hoh, Loke Tim Khaw, Khamisah Abdul Kadir, Paul Cliff Simon Divis, Indra Vythilingam, Balbir SinghComments to Author , and Yvonne Ai-Lian Lim. Emerging Infectious Disease, Volume 27, Number 8—August 2021.

Source : Emerging Infectious Diseases.