Maladie de Haff après consommation de poisson au Brésil Médecine des voyages

Publié le 30 août 2021 à 11h43

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Brésil, les autorités sanitaires ont signalé des cas de syndrome de Haff, causé par une toxine trouvée dans certains poissons et crustacés dans les états d'Amazonas et de Bahia. Au moins 25 cas sont en cours d'analyse, dont 8 hospitalisés, dans la ville de Itacoatiara dans l'Etat d'Amazonas et 6 dans 5 municipalités (Alagoinhas, Simoes Filho, Marau, Mata de São João et Salvador) de l'Etat de Bahia. Les personnes infectées ont consommé du poisson d'eau douce.

Rappel sur le syndrome de Haff

Le syndrome de Haff ou « maladie des urines noires » est une rhabdomyolyse, syndrome générant la destruction des fibres musculaires squelettiques et la libération d'éléments à l'intérieur des fibres (tels que des électrolytes, la myoglobines et des protéines) dans le sang. Les patients peuvent présenter des douleurs et raideurs musculaires, des urines de couleur brun clair à brun foncé conséquence d'une insuffisance rénale,  des nausées et vomissements, des douleurs thoraciques et une transpiration abondante.

La toxine peut être développée dans le poisson cru ou cuit, elle est thermostable et non éliminée à haute température. Elle n'a ni goût spécifique ni odeur particulière. Dans les rapports enregistrés au fil des ans, les personnes touchées par la maladie ont mangé différents types de poissons, comme le saumon, le pacu-beurre, le pirapitinga, le tambaqui, et différentes familles, comme les Cambaridae et Parastacidés.

Source : ProMED.