Foyers de syndrome pieds-mains bouche dans l'Etat de Rio Grande do Sul au Brésil Médecine des voyages

Publié le 2 sept. 2021 à 23h06

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Au Brésil, selon Health Surveillance la municipalité de Santa Cruz do Sul, dans l'Etat de Rio Grande do Sul signale l'émergence de plusieurs cas de syndromes pieds-main-bouche (MFPB), causés par un Entérovirus, dans des écoles maternelles. Il y a 3 foyers dans les écoles, deux dans le quartier de Linha Santa Cruz et un dans le centre ville. Chaque site comptait plus de dix enfants diagnostiqués.

Rappels sur le syndrome pieds-mains-bouche :

Le syndrome pieds-mains-bouche (ou Maladie Mains-Pieds-Bouche (MMPB) ou stomatite vésiculeuse avec exanthème) est dû habituellement aux virus Coxsackie A16 et A-6, à l'Entérovirus 71 (EV71) et plus rarement à d'autres virus du genre Enterovirus, genre qui appartient à la famille des Picornaviridae.

Ce syndrome survient par petites épidémies au printemps, en été ou au début de l'automne dans les zones de climat tempéré. La maladie existe toute l'année sous les tropiques. Depuis une vingtaine d'années, de grandes épidémies sévissent régulièrement en Asie et dans le Pacifique, en lien avec EV-71.
Le virus pénètre dans la bouche, la gorge et diffuse dans le tube digestif. Une fois dans l'organisme, il se propage dans le sang et les ganglions lymphatiques. Le système immunitaire intervient alors pour empêcher la diffusion du virus aux organes comme le cerveau, les poumons... Le virus est évacué par les selles pendant 4 semaines environ après le début de la maladie, voire parfois jusqu'à 4 mois.

La transmission du virus se fait par contact direct avec les sécrétions du sujet infecté (sécrétions des voies respiratoires (nez, gorge), salive, selles, liquide des lésions cutanées), ou de manière indirecte à partir d'objets contaminés par les selles (le virus peut survivre assez longtemps sur des surfaces). La transmission par les mains qui manipulent des objets souillés et qui sont ensuite portées à la bouche joue un rôle important.

Aspects cliniques

L'incubation est brève de 3 à 5 jours. Les infections asymptomatiques sont fréquentes.
Le  syndrome pieds-mains-bouche atteint surtout les enfants âgés de 6 mois à 4 ans, mais peut aussi toucher les enfants plus âgés (jusqu'à 10–11 ans). Les adultes sont rarement infectés.

Le syndrome pieds-mains-bouche typique est caractérisé par de la fièvre, des lésions buccales (vésicules qui s'ulcèrent rapidement et siègent sur la muqueuse buccale, la langue, le palais et les gencives) et des éruptions cutanées (lésions maculo-vésiculeuses qui siègent sur la paume des mains, sur les doigts et sur la plante des pieds, ainsi que sur les fesses ou les organes génitaux). Parmi les autres symptômes, on cite des malaises, des maux de gorge, des troubles digestifs (vomissements, diarrhée). L'infection est considérée comme bénigne et guérit spontanément en 7 à 10 jours.

Les femmes enceintes qui n'ont pas été exposées au virus auparavant courent un plus grand risque d'infection. La femme enceinte peut présenter une maladie bénigne, voire asymptomatique. Si elle est infectée avant l'accouchement, elle peut transmettre l'infection à son nouveau-né qui peut présenter une maladie bénigne ou grave.

La survenue de complications est possible :

  • Il existe un risque de déshydratation, en particulier chez l'enfant, les lésions buccales pouvant entraîner des difficultés d'alimentation
  • Une chute indolore de l'ongle est fréquente pendant la convalescence ; elle semble associée au virus Coxsackie A-6
  • L'infection à EV-71 peut entraîner des complications neurologiques (encéphalite, méningite, paralyse flasque aiguë), pulmonaires (œdème pulmonaire, hémorragie pulmonaire), cardiaques (myocardite), qui peuvent être cause de décès.

La prévention repose sur les mesures suivantes  :

 

  • L'hygiène des mains est primordiale. Elle repose sur un lavage simple à l'eau et au savon pendant au moins 20 secondes (ou sur l'utilisation d'une solution hydro-alcoolique) avant et après tout contact avec un enfant, après le change des couches, après être allé aux toilettes, après s'être mouché, avoir toussé ou éternué.
  • Il faut désinfecter les surfaces contaminées et les objets souillés avec des désinfectants chlorés (eau de Javel) et toujours veiller à la propreté des locaux, notamment des équipements et appareils utilisés par les enfants.
  • Pour limiter la diffusion de l'infection, l'éviction scolaire ou des structures de garde est recommandée aux enfants présentant des symptômes et les enfants malades ne devraient pas être amenés dans des lieux publics.

Les voyageurs doivent renforcer les mesures d'hygiène en se lavant les mains fréquemment à l'eau et au savon, surtout avant de manger et après avoir été aux toilettes.

Source : Outbreak News Today.