Intoxication alimentaire fatale par consommation de viande de tortue à Zanzibar, Tanzanie Médecine des voyages

Publié le 3 déc. 2021 à 08h34

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Selon les autorités sanitaires de Tanzanie 7 personnes, dont un enfant de 3 ans, sont décédées à Pemba, une des îles de Zanzibar après avoir mangé le 25 novembre 2021 de la viande de tortue venimeuse. 3 autres sont toujours hospitalisées. Au moins 5 familles (38 personnes) sur Pemba ont mangé de la viande de tortue. Les effets ont été ressentis pour la première fois le lendemain et l'enfant de 3 ans a été le premier à mourir. Deux autres sont morts cette nuit-là, puis 4 autres le dimanche 28 novembre.

La viande de tortue est un mets délicat pour ceux qui vivent sur les îles de Tanzanie et les zones côtières, mais les autorités ont désormais interdit la consommation de tortues dans la région. Dans de rares cas, la viande de tortue peut être toxique à cause d'un type d'intoxication alimentaire connu sous le nom de chélonitoxisme.

Rappel sur le chelonitoxisme :Sa cause exacte n'est pas connue mais on pense qu'elle est liée à des algues vénéneuses que mangent les tortues.

L'empoisonnement par les tortues tortues (chélonitoxicité) semble être causée par la consommation de la chair de certaines tortues marines (tortue verte, tortue imbriquée, tortue luth). Les tortues imbriquées portent une toxine dans leur peau appelée chélonitoxine, qui peut s'accumuler dans la chaîne alimentaire. Les personnes qui mangent la peau et/ou la viande de la tortue peuvent éprouver des nausées, une sensation de brûlure des lèvres, de la langue et de la bouche, une difficulté à avaler, une oppression dans la poitrine, une démangeaison cutanée, une hypertrophie hépatique ou même le coma et la mort.

Source : ProMED.