Augmentation des cas de leishmaniose viscérale en Inde Médecine des voyages

Publié le 2 jan. 2022 à 16h36

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Inde, le nombre de décès dus à la leishmaniose viscérale ou Kala-azar a atteint 33 en novembre 2021, le plus haut total au cours des 7 dernières années. Selon les données disponibles du National Centre for Vector Borne Diseases Control Programme (NVBDCP) of the Union Health Ministry l’État de Bihar arrive en tête avec 24 décès suivi du Jharkhand (7 décès). En 2020 aucun des deux États n'avait signalé de décès dus au kala-azar, seuls l'Uttar Pradesh et le Bengale occidental avaient signalé 3 cas chacun. Cette année [2021], jusqu'à présent aucun décès n'a été enregistré dans ces 2 états peuplés. Au cours des 11 premiers mois de 2021 il a été signalé 1163 cas. 

L'Organisation de la Santé estime que 50 000 à 90 000 personnes dans le monde sont infectées chaque année. L'Inde représente environ les deux tiers du total des cas mondiaux, et le kala-azar est endémique au Bihar, au Jharkhand, Kerala, Sikkim, Uttar Pradesh et Bengale occidental.

Par ailleurs, les cas de leishmaniose cutanée post-kala-azar (PKDL) ont également augmenté de 617 en 2020 à 653 jusqu'en novembre 2021. 

Le seul médicament disponible contre la leishmaniose, la miltéfosine, perd de son efficacité en raison de l'émergence d'une résistance à ce médicament.

Rappel sur la leishmaniose viscérale :

Les leishmanioses sont des parasitoses dont l'agent pathogène est un protozoaire flagellé du genre Leishmania. Il s'agit d'une zoonose, transmise de vertébré à vertébré par un moucheron hématophage, le phlébotome. Les phlébotomes piquent surtout le soir et la nuit par temps calme. Leur gîte est constitué par les anfractuosités de murs et de terriers où ils se gorgent sur des mammifères pouvant constituer le réservoir pour certaines espèces de leishmanies.
Les symptômes comprennent la fièvre, l'amaigrissement, l'anémie, l'hépatomégalie (gros foie) et la splénomégalie (grosse rate).

Source : ProMED.