Syndrome pieds-mains-bouche : alerte en Inde et épidémie en Malaisie Médecine des voyages

Publié le 1 juin 2022 à 06h52

Biographie

Médecin biologiste.

INDE

Dans l’État d’Odisha, un 26 cas de syndrome pieds-mains-bouche (SdPMB) ont été diagnostiqués chez des enfants et leur état est stable, a déclaré un responsable de la santé mardi 24 mai 2022. Parmi les enfants infectés par le SdPMB, 19 sont de Bhubaneswar, 3 de Puri et 2 de Cuttack.

Depuis deux semaines, les États du Kerala et du Tamil Nadu dans le sud de l’Inde sont également concernés par des cas de SdPMB. L'État du Kerala a enregistré 82 signalés dans la ville de Kollam selon les médias locaux. Des cas sont également signalés à Aryankavu, Anchal et Neduvathur.

Plusieurs médias indiens ont appelé cette infection "grippe tomate" en raison des lésions rouges qu'elle provoque, mais cette appellation largement reprise dans la presse occidentale semble être inadaptée et source d’une inquiétude inutile.

Le SdPMB a été rapporté pour la première fois en Inde à Calicut (Kerala) in 2003. Depuis, des épidémies ont été décrites dans plusieurs états comme à Nagpur (Maharashtra), Jorhat (Assam), Kolkata (West Bengal), Bhubaneswar (Odisha), Udaipur (Rajasthan), Leh (Jammu and Kashmir).

MALAISIE

Dans le cadre du suivi de l'épidémie de SdPMB en Malaisie, les autorités sanitaires font état d'un total de 65 535 cas jusqu'au 28 mai. Ce chiffre est 27 fois supérieur à celui de la même période en 2021 (pendant la pandémie de COVID-19), qui était de 2 333 cas. Par rapport à la même période en 2019 (avant la pandémie COVID-19) avec 29 846 cas, il est plus que doublé.

L'État de Selangor a contribué au plus grand nombre de cas par rapport aux autres États, soit 18 525 cas (28,27 %), suivi de WP Putrajava et Kuala Lumpur 8 088 cas (12,34 %), Perak 5 810 cas (8,87 %), Kelantan 4 905 cas (7,48 %) et Sabah 4 077 cas (6,22 %).

Au total, 59 831 cas de SdPMB (91%) ont été signalés chez des enfants âgés de 6 ans et moins et 4 593 cas (7%) chez des enfants âgés de 7 à 12 ans.

La surveillance des entérovirus a permis de découvrir trois principaux virus à l'origine de la propagation du SdPMB en 2022, à savoir Coxsackie A16 (CA16), Coxsackie A6 (CA6) et Enterovirus 71 (EV71). En 2022, à ce jour, trois cas ont été admis dans le service de soins intensifs (USI) : deux cas en raison de complications d’une l'encéphalite chez des enfants infectés par l'EV71, un cas en raison d'une surveillance après une chirurgie abdominale.

À ce jour, un total de 1 505 foyers ont été signalés en Malaisie, où trois États ont enregistré l'incidence la plus élevée de foyers, à savoir WP Kuala Lumpur et Putrajaya, soit 502 foyers (33,4 %), suivi de Selangor, 172 foyers (11,4 %) et de Perak, 168 foyers (11,2 %). La majorité des foyers sont apparus dans des jardins d'enfants, des crèches et des écoles maternelles avec 913 foyers (61%), suivis par des maisons privées avec 526 foyers (35%) et aussi des centres de soins pour enfants avec 51 foyers (3%).

Le SdPMB est endémique en Malaisie et depuis la fin des années 1990 il est associé à un nombre croissant d'épidémies entraînant des complications mortelles. Ces épidémies peuvent résulter de la combinaison d'une croissance rapide de la population, du changement climatique, des changements socio-économiques et d'autres changements de mode de vie. Les facteurs climatiques tels que les précipitations et la vitesse du vent ont une incidence sur les cas de sdPMB en Malaisie. Le risque de SdPMB augmente au cours des deux semaines suivant des précipitations inférieures à 60 mm et diminue avec des précipitations supérieures à 60 mm. En outre, un décalage de deux semaines de la vitesse du vent entre 2 et 5 m/s réduit les chances de SdPMB. Les cas de sdPMB ont augmenté en Malaisie pendant l'inter-mousson et la mousson du sud-ouest, mais ont diminué pendant la mousson du nord-est (Infect Dis Model. 2021 Aug 16;6:997-1008. doi: 10.1016/j.idm.2021.08.003. eCollection 2021.)

Sources : Promed, Outbreak News