L'épidémie de Monkeypox en bref au 10 juin 2022 Médecine des voyages

Publié le 12 juin 2022 à 21h55

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Depuis le 13 mai 2022, des cas de Monkeypox ou variole du singe ont été signalés à l'OMS par 28 États Membres dans quatre Régions de l'Organisation Mondiale de la Santé (la Région des Amériques, les Régions d'Europe, de la Méditerranée orientale et du Pacifique occidental) où la variole du singe n'est pas habituelle ou n'a pas été signalée auparavant. 

Alors que les enquêtes épidémiologiques se poursuivent, la plupart des cas signalés dans les pays nouvellement touchés se sont présentés par l'intermédiaire des services de santé sexuelle ou d'autres services de santé dans des établissements de soins primaires ou secondaires, avec des antécédents de voyage dans des pays d'Europe et d'Amérique du Nord plutôt que dans des pays où la présence du virus est connue.
L'apparition soudaine et inattendue de la variole du singe simultanément dans plusieurs régions sans liens de voyage directs et immédiats avec des régions qui connaissent depuis longtemps la variole du singe suggère qu'il peut y avoir eu une transmission non détectée pendant plusieurs semaines ou plus.

Description de la flambée épidémique  

Au 8 juin, 1285 cas confirmés en laboratoire et un cas probable ont été signalés à l'OMS dans 28 pays de quatre Régions de l'OMS où la variole du singe n'est pas habituelle ou n'avait pas été signalée auparavant. Cela représente une augmentation de 505 cas confirmés en laboratoire depuis le précédent bulletin d'information sur les flambées épidémiques du 4 juin 2022, qui faisait état de 780 cas. Au 8 juin 2022, aucun décès associé n'a été signalé dans ces quatre régions.  

Parmi les cas signalés dans ces régions, la majorité (87 %) des cas confirmés proviennent de la Région européenne de l'OMS (1112). Des cas confirmés ont également été signalés dans la Région des Amériques (153), la Région de la Méditerranée orientale (14) et la Région du Pacifique occidental (6). Le nombre de cas fluctue au fur et à mesure que de nouvelles informations sont communiquées et deviennent disponibles quotidiennement et que les données sont vérifiées conformément au Règlement sanitaire international (RSI 2005).

Jusqu'à présent, la présentation clinique des cas de variole du singe associés à cette épidémie a été variable. 

  • De nombreux cas dans cette épidémie ne présentent pas le tableau clinique classiquement décrit pour la variole du singe (fièvre, gonflement des ganglions lymphatiques, suivi d'une éruption cutanée concentrée sur le visage et les extrémités). 
  • Les caractéristiques atypiques décrites comprennent : la présentation de quelques lésions seulement ou même d'une seule lésion ; des lésions qui commencent dans la zone génitale ou périnéale/périanale et qui ne s'étendent pas plus loin ; des lésions apparaissant à différents stades de développement (asynchrones) ; et l'apparition de lésions avant l'apparition de ganglions lymphatiques gonflés, de fièvre, de malaise ou d'autres symptômes. 

Les modes de transmission par contact sexuel restent inconnus ; si l'on sait qu'un contact physique étroit peut entraîner une transmission, on ne sait pas exactement quel rôle jouent les fluides corporels sexuels, notamment le sperme et les fluides vaginaux, dans la transmission de la variole du singe.

Deux types de vaccins (ACAM-2000 et MVA-BN) sont actuellement déployés par certains États membres pour servir de prophylaxie aux contacts étroits. D'autres peuvent détenir des stocks d'autres types de vaccins (par exemple, le LC16).

En outre, depuis le début de l'année, 1536 cas suspects ont été signalés dans huit pays de la Région africaine de l'OMS, dont 59 cas ont été confirmés et 72 décès signalés. La détection continue du virus et les décès signalés dans certains pays de la Région africaine soulignent la nécessité de mieux comprendre la source, la dynamique de transmission et de fournir aux gens les informations et le soutien dont ils ont besoin pour se protéger et protéger les autres dans une série de contextes différents. Dans les pays qui connaissent depuis longtemps la variole du singe, des analyses supplémentaires sont nécessaires pour comprendre les sources d'infection actuelles et nouvelles.  

Source : Organisation Mondiale de la Santé (OMS)