Une épidémie de gale touche plus de 1000 personnes dans le district de Hoima, en Ouganda. Médecine des voyages

Publié le 30 juin 2022 à 05h50

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

En Ouganda, les autorités sanitaires signalent que plus de 1 000 personnes dans seize villages du district de Hoima sont atteintes par une nouvelle épidémie de gale : Nyakabingo, Bineneza, Kalyango, Kigawa, Bugandale, Kibugubya, Kyarubanga et Katugo dans le sous-comté de Kyabigambire, entre autres.

Le responsable de la santé du district de Hoima, a appelé les victimes de la gale à maintenir une bonne hygiène personnelle.

Rappels sur la gale :

La gale ou scabiose est une maladie infectieuse de la peau causée par un parasite de type acarien microscopique, le sarcopte (Sarcoptes scabiei). Dans les pays tropicaux et les pays en développement, elle peut être endémique, tandis que dans les pays développés, elle survient par épidémies en collectivité.

La période d'incubation est en moyenne d'un mois, et peut aller de deux à six semaines. La gale commune se manifeste essentiellement par un prurit (démangeaisons), d'installation progressive et d'intensité variable, quasi constant, à recrudescence vespérale et nocturne, épargnant le visage.
Plusieurs signes spécifiques de la gale sont inconstamment retrouvés : les « sillons scabieux » : 

  • lésions rouges, sinueuses, filiformes, mesurant quelques millimètres de long parfois terminées par une discrète surélévation, correspondant respectivement au trajet effectué par l'acarien et à sa position momentanée, et siégeant essentiellement sur les mains et les poignets;
  • les « vésicules perlées » : élevures translucides reposant sur une base érythémateuse, siégeant surtout sur les mains et les poignets;
  • les « nodules scabieux » : papulo-nodules de couleur rouge ou brun cuivré, infiltrés à la palpation.

Plusieurs signes non spécifiques se rajoutent en général : urticaire, lésions de grattage, eczématisation, excoriations, prurigo voire impétiginisation. 

Ces lésions ont une topographie évocatrice : espaces interdigitaux des mains, face antérieure des poignets, coudes, racines des bras, ombilic, fesses, faces internes des cuisses, organes génitaux externes chez l'homme, mamelons et aréoles chez la femme.

Bien que bénigne, la gale ne guérit pas spontanément et demande un traitement médical.

Source : Outbreak News Today.