Situation de la fièvre jaune en Afrique Médecine des voyages

Publié le 6 nov. 2022 à 10h06

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

La fièvre jaune est endémique dans la Région africaine de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Vingt-sept pays d'Afrique ont été classés comme étant à haut risque par la stratégie mondiale "Éliminer les épidémies de fièvre jaune (EYE)". 

Du 1er janvier 2021 au 26 août 2022, un total de 12 pays de la région ont signalé 184 cas confirmés et 274 cas probables, dont 21 décès, reflétant une transmission virale complexe en cours.

  • En 2021, neuf pays africains - le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo, le Gabon, le Ghana, le Nigéria et la République du Congo - ont signalé un total de 151 cas confirmés de fièvre jaune. Sur ces neuf pays, six continuent de signaler des cas confirmés de fièvre jaune avec une transmission en cours en 2022, tandis que la Côte d'Ivoire et le Nigeria ont signalé des cas probables et que le Gabon n'a pas signalé d'autres cas depuis 2021.  
  • En 2022, deux pays supplémentaires, le Kenya et l'Ouganda, ont signalé des cas confirmés de fièvre jaune. Du 1er janvier au 26 août 2022, un total de 33 cas confirmés de fièvre jaune ont été signalés dans huit pays africains, dont la République centrafricaine (33 %, 11 cas), le Cameroun (24 %, huit cas), la République démocratique du Congo (13 %, quatre cas), le Kenya (9 %, trois cas), le Tchad (6 %, deux cas), la République du Congo (6 %, deux cas), l'Ouganda (6 %, deux cas) et le Ghana (3 %, un cas).  
  • Dix pays - le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la Côte d'Ivoire, la République démocratique du Congo, le Ghana, le Kenya, le Niger, le Nigeria et la République du Congo - ont également signalé un total de 274 cas probables de fièvre jaune entre le 1er janvier 2021 et le 26 août 2022.

Les facteurs de risque de propagation et d'amplification comprennent une faible immunité de la population, les mouvements de population, la dynamique de la transmission virale et les facteurs climatiques et écologiques qui ont contribué à la propagation des moustiques Aedes.

 

Source : Organisation Mondiale de la Santé (OMS)