Les ressortissants français de passage en Iran sont invités à quitter le pays dans les plus brefs délais Médecine des voyages

Publié le 7 oct. 2022 à 18h05

Biographie

Médecin biologiste.

En Iran, tout visiteur français, y compris binational, s’expose à un risque élevé d’arrestation, de détention arbitraire et de jugement inéquitable. Ce risque concerne également les personnes effectuant une simple visite touristique. En cas d’arrestation ou de détention, le respect des droits fondamentaux et la sécurité des personnes ne sont pas garantis.

Dans ce contexte, la capacité de l’ambassade de France à Téhéran à assurer la protection consulaire des ressortissants arrêtés ou détenus en Iran est très contrainte : information irrégulière de l’ambassade de France quant à l’arrestation ou à la détention d’un citoyen français ou binational, visites consulaires rares et aléatoires, contacts avec les personnes détenues ou avec leur famille très limités. Par ailleurs, les visites consulaires ne sont pas autorisées lorsqu’il s’agit d’un ressortissant franco-iranien, l’Iran ne reconnaissant pas la double nationalité.

En outre, une présence consulaire aux audiences lors d’un éventuel procès n’est pas garantie et les avocats sollicités peuvent être soumis à de fortes contraintes.

Par conséquent, les ressortissants français de passage en Iran sont invités à quitter le pays dans les plus brefs délais compte tenu des risques de détention arbitraire auxquels ils s’exposent.

Source : France Diplomatie, Ministère de l'Europe et des affaires étrangères.