L'OMS a mis en ligne son rapport annuel sur la tuberculose dans le monde Médecine des voyages

Publié le 28 oct. 2022 à 09h06

Biographie

Médecin biologiste.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en ligne le 27 octobre 2022 son Rapport annuel sur la tuberculose (Tb) qui a pour objectif de fournir une évaluation complète et actualisée de l'épidémie de Tb et des progrès réalisés en matière de prévention, de diagnostic et de traitement de la maladie, aux niveaux mondial, régional et national.

Les principaux messages à retenir sont les suivants.

1. La pandémie de Covid-19 continue d'avoir un impact négatif sur la lutte mondiale contre la Tb :

La pandémie de Covid-19 continue d'avoir un impact négatif sur l'accès au diagnostic et au traitement de la Tb entraînant une augmentation de la morbidité de cette maladie. Par conséquent, les progrès réalisés jusqu'en 2019 ont ralenti, se sont arrêtés ou se sont inversés.

Cette évolution se traduit en données chiffrées :

  • Le nombre de nouveaux cas déclarés de Tb a fortement diminué en 2020 et 2021, suggérant que le nombre de cas non diagnostiqués et non traités a augmenté. Il en résulte d'abord une augmentation du nombre de décès dus à la Tb et de la transmission communautaire de l'infection, puis, avec un certain décalage, une augmentation du nombre de personnes développant la Tb.
    • D'un pic de 7,1 millions en 2019, ce nombre est tombé à 5,8 millions en 2020 (-18 %), soit le niveau observé en 2012. En 2021, on a assisté à une reprise partielle, à 6,4 millions soit le niveau de 2016-2017 ;
    • Les trois pays qui ont le plus contribué à la réduction en 2020 sont l'Inde, l'Indonésie et les Philippines (67 % du total mondial). Ils se sont partiellement redressés en 2021, mais ont tout de même représenté 60 % de la réduction mondiale par rapport à 2019 ;
    • Les autres pays à forte charge de Tb ayant enregistré d'importantes réductions relatives d'une année sur l'autre (>20 %) sont le Bangladesh (2020), le Lesotho (2020 et 2021), le Myanmar (2020 et 2021), la Mongolie (2021) et le Viêt Nam (2021).
  • Selon les estimations de l'OMS 
    • 10,6 millions de personnes ont contracté la Tb en 2021 (+ 4,5 % par rapport à 2020) ;
    • Le taux d'incidence de la Tb a augmenté de 3,6 % entre 2020 et 2021, inversant les baisses d'environ 2 % par an pendant la majeure partie des deux décennies précédentes ;
    • En 2021, on évalue à 1,6 million le nombre total de décès dus à la Tb, contre 1,5 million en 2020 et 1,4 million en 2019, soit un retour au niveau de 2017.
  • Concernant la résistance aux traitements
    • La charge de la Tb résistante aux médicaments a augmenté entre 2020 et 2021, avec 450 000 nouveaux cas de Tb résistante à la rifampicine en 2021 ;
    • Le nombre de personnes bénéficiant d'un traitement contre la Tb résistante à la rifampicine et la Tb multirésistante (résistance à la rifampicine et l'isoniazide) a diminué entre 2019 et 2020 (-17%, de 181 533 à 150 469, soit environ 1 personne sur 3 qui en a besoin), avec une reprise partielle (+7,5 %) à 161 746 en 2021
  • Les dépenses mondiales consacrées aux services essentiels de lutte contre la Tb sont passées de 6 milliards de dollars américains en 2019 à 5,4 milliards en 2021, soit moins de la moitié des besoins.

2. Il existe cependant des résultats positifs et des exemples de réussite :

  • À l'échelle mondiale, le taux de succès chez les personnes traitées pour la Tb en 2020 était de 86 %, soit le même niveau qu'en 2019, ce qui suggère que la qualité des soins a été maintenue au cours de la première année de la pandémie Covid-19.
  • Dans la région africaine de l'OMS, l'impact des perturbations liées aux Covid sur le nombre déclaré de personnes nouvellement diagnostiquées avec la Tb a été limité (baisse de 2,3 % de 2019 à 2020 et augmentation en 2021).
  • Après de fortes baisses en 2020, le nombre de personnes nouvellement diagnostiquées en 2021 a retrouvé les niveaux de 2019 (ou plus) dans cinq pays à forte charge de morbidité : le Bangladesh, le Congo, le Pakistan, la Sierra Leone et l'Ouganda.
  • Le nombre mondial de personnes bénéficiant d'un traitement préventif contre la Tb s'est redressé en 2021, pour se rapprocher des niveaux de 2019, et l'objectif mondial de fourniture d'un traitement aux personnes vivant avec le VHI a été dépassé.
  • Trois pays à forte charge de Tb ont atteint ou dépassé les premières étapes de la stratégie de lutte contre la Tb pour ce qui est de la réduction de l'incidence de la Tb et des décès dus à cette maladie : le Kenya (en 2018), la République-Unie de Tanzanie (en 2019) et la Zambie (en 2021). L'Éthiopie est très proche.

3. Conclusions :

L'OMS précise que l'estimation de la charge de morbidité de la Tb au cours de la pandémie de Covid-19 est difficile. De nouvelles enquêtes nationales seront nécessaires pour une estimation plus précise à la suite de la pandémie.

Dans ce rapport, il est rappelé que :

  • Il existe une relation forte et durable entre les taux d'incidence de la Tb par habitant et les indicateurs de développement tels que le revenu moyen et la sous-alimentation ;
  • Les obstacles économiques et financiers peuvent affecter l'accès aux soins de santé pour le diagnostic de la tuberculose et l'achèvement du traitement de la tuberculose ; environ la moitié des patients atteints de tuberculose et leurs ménages doivent faire face à des coûts totaux [dépenses médicales directes, dépenses non médicales directes et coûts indirects (par exemple, les pertes de revenus)] catastrophiques en raison de la tuberculose ;
  •  Les progrès vers une couverture sanitaire universelle, de meilleurs niveaux de protection sociale et une action multisectorielle sur les déterminants plus larges de la Tb sont tous essentiels pour réduire la charge de la maladie de la Tb.

L'OMS conclut qu'il est urgent d'intensifier les efforts, soutenus par un financement accru, pour atténuer et inverser les effets négatifs de la pandémie de Covid-19 sur la Tb. La nécessité d'agir est devenue encore plus pressante dans le contexte de la guerre en Ukraine, des conflits en cours dans d'autres parties du monde, d'une crise énergétique mondiale et des risques associés pour la sécurité alimentaire, qui sont susceptibles d'aggraver certains des déterminants de la tuberculose.

source : Organisation Mondiale de la Santé