En Floride, sixième cas d'encéphalite équine de l'Est chez un cheval

medecinedesvoyages.net

Aux États-Unis, en Floride, le département de l'agriculture et des services aux consommateurs de signale un cas d'encéphalite équine de l'Est (EEE) chez un hongre quarter horse âgé de deux ans dans le comté de Jefferson. Le cheval a commencé à être malade le 22 juin avec de la fièvre, des tremblements soudains et une contraction des lèvres. L'EEE a été confirmée le 29 juin. Le statut vaccinal de l'animal est inconnu.

Il s'agit du 6éme cas confirmé d'EEE en Floride en 2023.

A ce jour, aucune infection humaine et aucun autre cas équin n'ont été rapporté en 2023 aux Etats-Unis.

Rappels sur l'encéphalite équine de l'Est :

Le virus de l'encéphalite équine de l'Est (EEEV) est un Alphavirus de la famille des Togaviridae. Dans la nature, l'alternance des infections chez les oiseaux et les moustiques maintient la circulation du virus. Le virus est hébergé par les oiseaux et est transmis aux équidés (chevaux, ânes et zèbres), plus rarement à l'homme, par la piqûre d'un moustique infecté. Le virus se transmet aux chevaux et aux humains par des moustiques infectés, notamment plusieurs espèces de Culex et Culiseta melanura.

Les signes cliniques de l'EEE chez le cheval peuvent être compatibles avec d'autres maladies neurologiques comme la rage et l'infection à Equine Herpes virus (EHV-1), il est donc important pour les propriétaires de chevaux de consulter un vétérinaire pour obtenir un diagnostic précis. Chez les chevaux EEEV met deux à cinq jours pour provoquer des symptômes et a un taux de mortalité de 90%. Le virus provoque des trébuchements et une mauvaise coordination, une incapacité à se lever, une paralysie, une pression sur la tête, des cercles et des convulsions.

Selon les Centers for Diseases Control and Prévention la maladie est rare chez l'homme, seuls quelques cas étant signalés aux États-Unis chaque année. Chez l'homme, les symptômes de la maladie EEE apparaissent souvent 4 à 10 jours après qu'une personne a été piquée par un moustique infecté. Si la plupart des personnes infectées n'ont pas de maladie apparente, des cas graves impliquant une encéphalite sont néanmoins signalés avec une mortalité de 30 %. Le risque de lésions cérébrales est important chez les survivants.

Le voyageur doit réduire le risque d'être infecté par ce virus en appliquant les règles de protection personnelle antivectorielle qui vont limiter le risque de piqûre de moustique :

  • Port de vêtements couvrants ;
  • Application de répulsifs à base de DEET, Picaridine ou IR 3535 sur les parties découvertes aux heures où les moustiques sont les plus actifs (les moustiques piquent généralement au crépuscule et à l'aube).

Chez les animaux, la prévention la plus efficace est la vaccination.

Source : Outbreak News Today.

Pages associées