Madagascar : la peste pulmonaire suspectée d'être à l'origine de quatre décès Médecine des voyages

Publié le 5 oct. 2023 à 15h40

Biographie

Médecin biologiste.

A Madagascar, quatre personnes d'Ambohitsoa, un village situé à environ 10 kilomètres du chef-lieu du district d'Ankazobe, présentant des symptômes qui seraient compatibles avec la peste pulmonaire sont décédées la semaine dernière.

Un couple sur lequel aucun examen complémentaire n'a été pratiqué a succombé le premier.Deux personnes qui ont été en contact avec les cadavres de cet homme et de cette femme sont décédées quelques jours plus tard. Une cinquième personne qui présentait une forte fièvre et une détresse respiratoire est actuellement hospitalisée ; depuis le 2 octobre 2023, son état de santé s'est amélioré.

Les résultats des tests de dépistage rapide effectués sont négatifs. Des échantillons ont été envoyés à l'Institut Pasteur de Madagascar pour confirmer s'il s'agit ou non de la peste pulmonaire. Ce sont les symptômes présentés par ces victimes qui amènent les professionnels de santé à penser qu'il s'agit de la peste pulmonaire.

Le village  d'Ambohitsoa est en quarantaine. Tous les habitants ont reçu des traitements préventifs. Le port du masque est obligatoire. Par ailleurs, toutes les écoles de la ville d'Ankazobe et du village d'Ambohitsoa ont été fermées jusqu'au 4 octobre 2023.

Le district d'Ankazobe est un foyer de peste. Presque chaque année, des cas de peste y sont signalés. Les feux de brousse qui s'y propagent détruisent l'habitat naturel des rats, vecteurs de la maladie. Ces derniers se rapprochent de l'homme en se réfugiant dans les villages et transmettent la maladie. L'exhumation peut également propager la peste pulmonaire si la tombe d'un pestiféré est ouverte. En 2017, une épidémie de peste pulmonaire a fait plus de 200 morts, selon l'OMS.

Source : Media (L'Express de Madagascar)