Cameroun : l’OMS annonce la livraison de 330 000 doses de vaccins contre le paludisme

Publié le 23 nov. 2023 à 18h18

Biographie

Médecin biologiste.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé aujourd'hui qu'une cargaison du premier vaccin RTS,S recommandé par l'OMS pour lutter contre le paludisme a commencé à arriver au Cameroun, qui n'avait pas été impliqué auparavant dans les programmes pilotes, marquant ainsi le passage de la phase pilote de l'utilisation du vaccin antipaludique en Afrique à une utilisation de routine.

Le Cameroun devrait recevoir plus de 330 000 doses de RTS,S, et 1,7 million de doses supplémentaires devraient être livrées au Burkina Faso, au Liberia, au Niger et à la Sierra Leone dans les semaines à venir.
Ces livraisons indiquent que la vaccination contre le paludisme sort de sa phase pilote et préparent le terrain pour que les pays commencent à vacciner leurs populations dans le cadre des programmes de vaccination systématique soutenus par Gavi au premier trimestre 2024.

La distribution du vaccin contre le paludisme présente le défi d'un schéma vaccinal à quatre doses qui nécessite une planification minutieuse pour une distribution efficace.

Depuis 2019, le Ghana, le Kenya et le Malawi administrent le vaccin selon un calendrier de 4 doses à partir de l'âge de 5 mois environ dans des districts sélectionnés dans le cadre du programme pilote, connu sous le nom de Programme de mise en œuvre du vaccin antipaludique (MVIP). Plus de 2 millions d'enfants ont été vaccinés contre le paludisme dans les trois pays africains dans le cadre du MVIP, ce qui a entraîné une baisse remarquable de 13 % de la mortalité toutes causes confondues chez les enfants en âge de recevoir le vaccin, ainsi qu'une réduction substantielle des maladies paludéennes graves et des hospitalisations. D'autres résultats clés du programme pilote montrent que l'utilisation du vaccin est élevée, sans réduction de l'utilisation d'autres mesures de prévention du paludisme ou de l'utilisation d'autres vaccins.

L'OMS examine actuellement en vue de sa préqualification, un deuxième vaccin contre le paludisme, le R21 (voire la nouvelle du 12 octobre), fabriqué par le Serum Institute of India (SII). La disponibilité de deux vaccins antipaludiques devrait permettre d'augmenter l'offre pour répondre à la forte demande des pays africains et de produire suffisamment de doses de vaccin pour que tous les enfants vivant dans des zones où le paludisme constitue un risque pour la santé publique puissent en bénéficier.

Source : Organisation mondiale de la santé