Ouganda : une maladie « mystérieuse » est responsable de 14 décès dans deux villages du district de Kyotera Médecine des voyages

Publié le 24 nov. 2023 à 21h15

Biographie

Médecin biologiste.

Depuis le 21 novembre, un certain nombre d’informations diffusées dans les médias rapportent que deux villages d'Ouganda, Kasamba et Kyamayembe, dans le sous-comté de Kabira, district de Kyotera, sont touchés par une maladie "mystérieuse" à l’origine d’au moins 12 décès.

Flutrackers a repris sur son site les informations disponibles à ce jour.

Ces décès ont été enregistrés au cours des deux dernières semaines. La maladie se manifeste par une éruption cutanée d’extension progressive, entraînant la mort en quelques jours.

Les enquêtes menées par l'équipe sanitaire régionale de Masaka, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et d'autres équipes sanitaires, ont permis d’écarter les maladies de Marburg, Ebola, la fièvre hémorragique de Crimée-Congo et la fièvre de la vallée du Rift.

Les autorités sanitaire du district rapportent par ailleurs que de nombreux habitants se sont tournés vers les guérisseurs traditionnels locaux, ce qui complique la prise en charge des cas.

Le 21 novembre, certains médias ont prétendu qu’une épidémie de charbon toucherait le sous-comté de Kabira et aurait entrainé 14 décès. Mais les autorités ont rejeté cette hypothèse après avoir inspecté trois fermes considérées comme suspectes et reçu les résultats des analyses pratiquées sur des échantillons prélevés chez deux personnes malades du village de Kyebambe qui étaient négatifs pour le charbon.

Selon certains responsables du secteur de la santé, une maladie similaire avait touché le district en juillet 2022. A cette époque le ministère de la santé ougandais avait conclu à des cas de cellulite ou « ettalo ». Il semble que les autorités sanitaires s'orienteraient vers la même hypothèse pour expliquer l'épidémie actuelle.

Remarque

Les médias mettent en ligne la photo de la paume de la main d’un malade en voie de guérison qui révèle des lésions ulcéreuses en voie de cicatrisation, qui pourraient évoquer une poxvirose. En 2022, l’Ouganda avait rapporté six cas de mpox (deux dans le district de Kisoro chez des réfugiés originaires de République Démocratique du Congo et quatre dans la ville de Kampala). A ce jour les autorités sanitaires ougandaises n’ont pas discuté cette hypothèse dans l’épisode actuel.

Source : Flutrackers