Un nouveau virus de la rage découvert en Tanzanie

Publié le 16 mar. 2012 à 20h56

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Un nouveau type de virus de la rage a été découvert en Tanzanie par les scientifiques de l'Université de Glasgow et de l'Agence des laboratoires de santé animale et vétérinaire (AHVLA). Le virus a été identifié dans le cadre de la participation à un projet de recherche sur la surveillance de la rage, financé par The Wellcome Trust. Il a été étudié après la survenue d'un incident peu commun. En effet, un enfant a été attaqué par une civette, un mammifère nocturne félin, dans une partie du Serengeti où la rage n'était pas présente. Le virus a alors été identifié à partir d'échantillons prélevés chez l'animal. Des tests génétiques ont révélé un nouveau type de virus rabique, jamais décrit auparavant mais similaire à un autre virus de la rage des chauve-souris isolé dans la région caucasienne de l'Europe de l'Est. La découverte a été rapportée dans un article intitulé "Ikoma Lyssavirus, Lyssavirus nouveau fortement divergent chez une civette africaine", dans la revue Emerging infectious diseases.

La découverte d'un nouveau virus de la rage a des implications sur la prévention de la maladie. En effet, l'efficacité des vaccins couramment utilisés contre la rage peut varier selon le génotype viral en cause et devra donc être évaluée pour ce virus émergent.

Source : Promed.