Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

L'étude accusatrice pour la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole était falsifiée

Publié le 2 fév. 2010 à 21h38

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 18 novembre 2019.

MesVaccins.net.

L'étude publiée en 1998 dans la revue britannique The Lancet, qui montrait l'existence d'un lien entre la vaccination triple contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO) et l'autisme chez les enfants, était entachée de graves irrégularités. En janvier dernier, le Conseil de l'Ordre des Médecins britannique estimait que certaines données de l'article étaient incorrectes et que les méthodes de recherche employées n'étaient pas éthiques. Plusieurs éléments semblent indiquer une falsification délibérée de l'étude par l'investigateur principal et premier auteur de l'article, le Docteur Andrew Wakesfield. Celui-ci a été condamné par le conseil de l'Ordre des Médecins le 28 janvier 2010. The Lancet s'est formellement rétracté et l'article a été retiré des archives de la revue.

Les résultats erronés de cette étude avaient jeté la suspicion sur la vaccination RRO. La forte couverture médiatique de l'événement avait provoqué un fort mouvement de défiance envers la vaccination, entraînant une baisse de la couverture vaccinale contre la rougeole, la rubéole et les oreillons au Royaume Uni. Depuis, de nombreuses études ont montré l'absence de lien entre la vaccination RRO et l'autisme. 

La vaccination étant une méthode préventive souvent appliquée à un grand nombre de personnes, certaines maladies ont toutes les chances de survenir chez des personnes ayant été vaccinées (voir la nouvelle intitulée : "Effets indésirables post-vaccinaux : cause ou coïncidence ?"). La vaccination, notamment dans un contexte socio-médiatique favorable, peut alors faire figure de coupable idéal. 

Références

  • Site d'informations médicales et scientifiques DocBuzz.
  • Couverture médiatique du jugement du Dr Wakesfield sur le site Internet du Daily mail.
  • Annonce de rétraction de l'article du Dr Wakesfield sur le site de la revue The Lancet.