Développement expérimental d’un vaccin contre l’asthme : pas d'emballement !

Publié le 12 avr. 2012 à 23h17

Biographie

- Assistant de biologie médicale et au service des urgences de l'HIA Bégin, à Saint-Mandé
- Spécialiste des envenimations, auteur de plusieurs publications scientifiques sur ce sujet, et co-auteur du livre intitulé "aspects cliniques et thérapeutiques des envenimations graves" (Urgence Pratique publications).

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération de l’industrie pharmaceutique
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins
- Déclaration mise à jour le 31/08/2014

Des chercheurs de l'Inserm et du CNRS de Nantes ont proposé une nouvelle approche thérapeutique de l'asthme, basée sur une vaccination dirigée contre un allergène mis en cause chez plus de la moitié des patients allergiques aux acariens en Europe. Son principe consiste en l'injection intramusculaire d'un plasmide reprenant les séquences génétiques d'intérêt de cet allergène et vectorisé au sein d'un polymère synthétique. La synthèse protéique de l'allergène in situ entraîne la fabrication d'anticorps et une réponse cellulaire spécifiques, orientant ainsi le système immunitaire vers une réponse non allergisante et protectrice lorsque l'allergène est à nouveau rencontré. Ce vaccin à ADN conduit chez la souris asthmatique à une diminution significative de l'hypersensibilité bronchique et de la réponse inflammatoire associée. Il convient toutefois de rappeler que ce vaccin à ADN testé seulement chez le modèle murin est en cours de développement préclinique et qu'il est donc impossible de conclure actuellement sur son application chez l'homme. On a coutume de dire que "la souris ment" et l'extrapolation à l'homme des études conduites chez la souris amène bien souvent à des déceptions. Dans tous les cas, il ne faut pas s'attendre à ce qu'un vaccin contre l'asthme soit commercialisé avant de nombreuses années, si ce vaccin est commercialisé un jour...

Source : Centre national de la recherche scientifique.

Beilvert F, Tissot A, Langelot M, et al. DNA/amphiphilic block copolymer nanospheres reduce asthmatic response in a mouse model of allergic asthma. Human gene therapy. 2012, in press.