Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Publication des caractéristiques du vaccin anti-méningococcique Nimenrix®

Lu 455 fois
Publié le 28 mai 2012 à 23h36

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.
- Médecin biologiste dans un hôpital d'instruction des armées.

Liens d'intérêt


- Membre de droit du Comité technique des vaccinations (représentant le service de santé des armées et sans droit de vote).
- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 22 juillet 2015.

Le résumé des caractéristiques du vaccin Nimenrix® (laboratoire GlaoSmithKline) ont été publiées le 23 mai 2012 sur le site de l'Agence européenne du médicament. Ce vaccin contient 5 µg des polyosides de Nesseiria meningitidis (ou méningocoque) de sérogroupe A, C, W135 et Y. Le vaccin Nimenrix® est indiqué dans l'immunisation active contre les infections invasives à méningocoque (méningites et septicémies). Il s'agit plus précisément d'un vaccin quadrivalent conjugué, ce qui signifie que chaque polyoside est conjugué à une protéine dite de conjugaison, en l'occurrence la protéine tétanique. Cette conjugaison permet d'augmenter l'efficacité du vaccin contre les méningocoques A, C, W135 et Y par rapport à un vaccin non conjugué. Ainsi, les vaccins conjugués possèdent un effet rappel (capacité à recruter les cellules mémoire pour augmenter la quantité d'anticorps protecteurs produits après une nouvelle administration du vaccin), ils sont plus efficaces chez les nourrissons et ils peuvent empêcher le portage (et donc la transmission) des méningocoques. Par ailleurs, le vaccin Nimenrix® ne contient pas d'adjuvant.

Le vaccin Nimenrix® doit être administré par injection intramusculaire uniquement. Il peut être utilisé dès l'âge d'un an. La durée de protection après l'administration d'une dose et la nécessité d'une dose de rappel n'ont pas encore été établies, et aucune donnée n'est disponible chez les sujets de plus de 55 ans. 

Le profil de sécurité a été évalué chez plus de 8.000 personnes, enfants et adultes. La fréquence des effets indésirables varie selon l'âge. Les effets indésirables les plus fréquents étaient la douleur, une rougeur ou un gonflement au site d'injection, et sur le plan général une irritabilité, une somnolence ou une perte d'appétit chez le nourrisson, et des maux de tête, une fatigue, des signes digestifs et de la fièvre chez les grands enfants et les adultes. Les études d'immunogénicité (traduisant l'efficacité du vaccin et sa capacité à protéger contre les infections à méningocoque A, C, W135 et Y) ont montré que la réponse immunologique était soit similaire soit plus élevée que celle induite par un vaccin de référence quadrivalent non conjugué.

Jusqu'à présent, le seul vaccin méningococcique quadrivalent conjugué autorisé en Europe était le vaccin Menveo®, mais ce vaccin ne peut pas être utilisé avant l'âge de 11 ans ; un avis du Comité des médicaments à usage humain recommande cependant son utilisation dès l'âge de 2 ans. Quant au vaccin Nimenrix®, il n'est pas encore commercialisé en France.

Source : European Medicines Agency. 


Maladie : Méningocoques ACWY

Vaccins : MENCEVAX MENVEO NIMENRIX

Référence principale :