Finistère : la vaccination contre le méningocoque C recommandée aux nourrissons

Publié le 25 oct. 2012 à 15h32

Biographie

- Qualité : Docteur en médecine, biologiste médical (DES biologie 1992).
- Activité principale : biologiste médical, médecin de centre international de vaccinations
- Spécialités médicales : microbiologie, virologie, vaccinologie.

Liens d'intérêt

- Membre de commissions et comités :
Commission des maladies infectieuses et des maladies émergentes (Haut Conseil de la santé publique, 2017-2022)
Comité technique de vaccinations (Haut Conseil de la santé publique, 2007-2017)
Groupe vaccins (ANSM, 2016-en cours)
- Liens avec l'industrie :
DPI consultable sur le site HCSP : https://www.hcsp.fr/explore.cgi/Personne?clef=2329 Rémunérations directes par l’industrie : non.
A titre familial : aucun lien.

Evolution récente des infections invasives à méningocoque C dans le Finistère

Depuis le mois de janvier 2012, une augmentation progressive de l'incidence des infections invasives à méningocoque C est observée dans le Finistère, avec un taux d'incidence de 1,23 pour 100 000 habitants pour les 12 derniers mois, soit 7,4 fois plus que la moyenne nationale. L'excès de cas concerne majoritairement les enfants âgés de moins de 1 an puis ceux âgés de 1 à 4 ans.

Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cette situation épidémiologique

Depuis 2010, la stratégie de vaccination systématique des nourrissons âgés de 12 à 24 mois est recommandée en France. Compte tenue de l'épidémiologie des infections invasives à méningocoque C avec les groupes d'âge les plus atteints : moins de 1 an, les 1-4 ans, les 15-19 ans, l'extension de cette vaccination systématique jusqu'à l'âge de 24 ans révolus est également recommandée par les autorités sanitaires en attendant la mise en place d'une immunité de groupe.

De fait, cette immunité de groupe attendue par la vaccination des 1-24 ans pour protéger indirectement les moins d'un an n'a pu être atteinte, compte tenue de la faible couverture vaccinale contre le méningocoque C. Dans ce cas, le risque d'implantation locale d'un clone n'a pu être écarté.

Nouvelle recommandation vaccinale contre le méningocoque C dans le Finistère

Les enfants de moins d'un an étant les plus atteints, le Haut Conseil de la santé publique recommande, dans un avis daté du 19 octobre 2012 et publié le 24 octobre 2012, que la vaccination méningococcique C conjuguée soit proposée de manière transitoire aux nourrissons de 2 à 11 mois.

La réévaluation de la situation épidémiologique sera conduite dans 6 mois.

Schéma vaccinal recommandé chez les enfants de moins d'un an

Chez l'enfant de moins d'un an, le schéma vaccinal comporte l'administration de 2 doses espacées de 2 mois, suivies d'un rappel au cours de la seconde année.

Le délai entre la seconde dose et le rappel doit être également d'au moins 2 mois.

Les enfants qui reçoivent leur première dose à l'âge de 11 mois ne recevront qu'une seconde dose à l'âge de 13 mois.

Les vaccins conjugués méningococciques C peuvent être co-administrés avec les autres vaccins du calendrier vaccinal. Si, pour éviter d'administrer plus de 2 vaccins lors de la même séance les vaccinations sont décalées, aucun délai n'est à ménager entre l'injection de ce vaccin et celle des autres vaccins du calendrier vaccinal.

Source : Haut Conseil de la santé publique.