Mon carnet de vaccination électronique
Pour être mieux vacciné, sans défaut ni excès

Le vaccin contre la méningite B Bexsero est recommandé dans certaines situations

Lu 33241 fois
Publié le 11 déc. 2013 à 23h41

Biographie

- Qualité : Docteur en médecine, biologiste médical (DES biologie 1992).
- Activité principale : biologiste médical, médecin de centre international de vaccinations
- Spécialités médicales : microbiologie, virologie, vaccinologie.

Liens d'intérêt

- Membre de commissions et comités :
Membre du Comité technique de vaccinations (membre élu depuis 2006), sous l’égide du Haut Conseil de la santé publique
Expert auprès de la Haute Autorité de santé
- Liens avec l'industrie :
A titre personnel :
2011 : participation au congrès ECMID (laboratoire Pfizer).
2010 : participation au congrès ECMID (laboratoire Pfizer).
2005-2010: Conseil scientifique du Groupe d’expertise et d’information sur la grippe.
Rémunérations directes par l’industrie : non.
A titre familial : aucun lien.

Le Haut Conseil de la santé publique, dans son avis du 25 octobre 2013 mis en ligne le 11 décembre 2013, définit les recommandations d'utilisation du nouveau vaccin contre le méningocoque B Bexsero® dans la stratégie de prévention des infections invasives (méningites et septicémies) à méningocoques B. Avant de présenter ces recommandations, il est important de prendre en compte les points suivants.

Poids des infections invasives à méningocoque B en France

Les infections invasives à méningocoques B sont à déclaration obligatoire en France auprès de chaque cellule d'investigation régionale épidémiologique (CIRE). Ainsi, le taux de notification des infections invasives à méningocoques B est de 0,62 pour 100 000 personnes pour la période de surveillance 2003-2012. Pour comparaison, l'incidence des infections invasives à méningocoques C a été de 0,15 pour 100 000 personnes en 2012. Cependant, en tenant de la sous notification, le nombre d'infections invasives à méningocoques B est évalué à 566 en 2003 et à 413 en 2012 (source : Institut de veille sanitaire). Deux tranches d'âge sont particulièrement à risque d'infections invasives à méningocoques B : les enfants de moins d'un an (plus de la moitié des cas surviennent avant l'âge de 6 mois) et les adolescents et jeunes adultes (75 % de la totalité des cas sont notifiés avant l'âge de 25 ans). En France, les infections invasives à méningocoques B sont responsables de 20 à 40 décès par an.

Caractère innovant du vaccin Bexsero®

Le vaccin Bexsero® a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne le 14 janvier 2013 pour « l'immunisation active des sujets à partir de l'âge de 2 mois contre l'infection invasive méningococcique causée par Neisseria meningitidis de groupe B ». Le caractère innovant de ce nouveau vaccin est sa composition de trois antigènes capsulaires recombinants : la protéine fHbp (factor H binding protein sous variant 1.1 fusionnée avec une protéine accessoire GNA 2091 ; la protéine NadA (Neisserial Adhesin A), variant 3.1, la protéine NHBA (Neisserial heparin Binding Antigen) variant 1.2 fusionnée avec la protéine accessoire GNA 1030. A ces 3 protéines, a été ajouté le composant OMV du vaccin méningocoque B néozélandais, afin de renforcer la couverture théorique du vaccin et offrir un effet immunomodulateur adjuvant.

Intérêts et questions vis-à-vis du vaccin Bexsero®

Données disponibles d'immunogénicité

Les études cliniques ont montré que le vaccin Bexsero® administré en primo-vaccination (2 ou 3 doses selon les schémas vaccinaux) est capable d'induire une réponse vaccinale élevée contre les quatre antigènes vaccinaux. Après une baisse des titres vaccinaux observée 6 mois après primo-vaccination chez le nourrisson et l'adolescent (11-17 ans révolus), un effet mémoire est démontré après rappel, permettant de retrouver des taux de séroprotection de 65 à 100 % chez le nourrisson selon les antigènes vaccinaux, et de 99 à 100 % chez l'adolescent. Cependant, la durée de protection du vaccin et la nécessité de rappels itératifs restent à établir.

Couverture du vaccin Bexsero® contre les souches de méningocoques B invasives

Il s'agit de déterminer l'efficacité sur le terrain du vaccin Bexsero®. Une étude conduite en France vis-à-vis de 200 souches invasives de méningocoque B entre juillet 2007 et juin 2008 montre un taux de couverture potentielle de Bexsero® de 85 % des souches B circulantes. Cependant, aucune étude clinique publiée à ce jour n'a permis d'évaluer l'efficacité individuelle et/ou collective sur le terrain, du vaccin Bexsero® en pratique clinique, ce qui ne signifie pas que cette efficacité n'existe pas.

L'immunité de groupe reste à démontrer

L'obtention d'une immunité de groupe, c'est-à-dire la capacité d'un vaccin à protéger les personnes non vaccinées nécessite un taux de couverture vaccinale élevée. Concernant la vaccination méningocoque B , c'est un point important, compte tenu du mode de transmission de cette bactérie par les sécrétions oro-pharyngées. Afin de répondre à ce point, il s'agit de déterminer l'impact de Bexsero® sur le portage pharyngé. Or, aucun étude n'a été conduite dans ce sens, ne permettant pas d'évaluer l'efficacité du vaccin Bexsero® sur le portage pharyngé.

Recommandations d'utilisation du vaccin Bexsero® dans la prévention des infections invasives à méningocoques B

Elles sont définies dans l'avis et le rapport du Haut Conseil de la santé publique dont les liens d'accès aux textes sont indiqués ci-dessous.

Pas de recommandation généralisée d'utiliser le vaccin Bexsero®

L'absence de recommandation en population générale chez le nourrisson, l'enfant, l'adolescent et l'adulte repose sur le fait que malgré les données d'immunogénicité de ce vaccin en faveur d'une efficacité pour la prévention des infections invasives à méningocoques B, les données d'efficacité clinique sur le terrain font défaut. De plus, la persistance de la durée de protection est limitée à 6,12 mois chez le nourrisson et aucune donnée montrant un effet sur le portage n'est disponible. Le schéma vaccinal avec 4 doses qui doivent être administrées de façon séparée des autres vaccins recommandés à l'âge du nourrisson semble difficile à intégrer dans le calendrier vaccinal actuel. Par ailleurs, le rapport coût-efficacité est défavorable dans le contexte épidémiologique actuel.

Recommandation du vaccin Bexsero® pour les personnes à risque élevé de contracter une infection invasive à méningocoque

Le vaccin Bexsero® est ainsi recommandé chez :

  • les personnes des laboratoires travaillant spécifiquement sur le méningocoque ;
  • les personnes porteuses d'un déficit en fraction terminale du complément ou qui reçoivent un traitement anti-C5A, notamment par éculizumab (Soliris) ;
  • les personnes porteuses d'un déficit en properdine ;
  • les personnes ayant une asplénie anatomique ou fonctionnelle ;
  • les personnes ayant reçu une greffe de cellules souches hématopoïétiques.

Compte tenu du fait qu'aucune donnée de protection du vaccin Bexsero® n'est disponible vis-à-vis des sérogroupes non B, la vaccination par Bexsero® doit être complétée par la vaccination avec un vaccin conjugué tétravalent A-C-Y-W135 car ces personnes doivent bénéficier d'une protection durable contre les infections invasives à méningocoques tous sérogroupes confondus.

La nécessité de rappels itératifs avec le vaccin Bexsero® n'est pas actuellement définie.

Recommandation du vaccin Bexsero® pour des populations ciblées dans le cadre de situations spécifiques.

Sur le plan épidémiologique, il s'agit de grappes de cas définies par au moins 2 cas d'infection invasive à méningocoque B, dans une même collectivité ou groupe social, dans un délai de 4 semaines maximum, en sachant que ces cas sont rattachables à des souches identiques et couvertes par le vaccin Bexsero®. La seconde situation épidémiologique où le vaccin Bexsero® est recommandé est la survenue d'épidémies définies à partir de critères d'alerte épidémique et dues à une souche couverte par le vaccin.

C'est dans ce contexte épidémiologique que le vaccin Bexsero® est recommandé à la place du vaccin MenBVac dans la campagne de vaccination contre le méningocoque B en Seine Maritime et dans la Somme (avis du Haut conseil de la santé publique du 7 février 2013) et dans les cantons de Lagor et Navarrenx, situés dans les Pyrénées Atlantiques (avis du Haut Conseil de santé publique du 17 mai 2013).

En dehors de ces situations, une cellule d'expertise multidisciplinaire définira la pertinence d'utiliser le vaccin Bexsero®.

Disponibilité du vaccin Bexsero®

Ce vaccin est disponible en pharmacie d'officine. Des doses de vaccin Bexsero® vont être libérées pour satisfaire aux recommandations concernant les personnes à risque d'infection invasive à méningocoque B et dans les situations d'hyerendémie (actuellement en Seine-Maritime, dans la Somme et les Pyrénées-Atlantiques).

Conclusion

Compte tenu de la sévérité des infections invasives à méningocoque B chez le nourrisson, l'enfant, l'adolescent et l'adulte, la disponibilité du vaccin Bexsero® constitue une avancée certaine pour la prévention vaccinale des infections invasives à méningocoque B.

Les nouvelles recommandations d'utilisation du vaccin Bexsero®, définies par le Haut Conseil de la santé publique, sont pour l'instant limitées à des situations bien définies. Celles-ci sont prises en compte par le système expert d'aide à la décision vaccinale de MesVaccins.net en fonction des renseignements complétés dans le profil santé.

Source

Avis et rapport du Haut Conseil de la santé publique sur la place de Bexsero® dans la vaccination contre les infections invasives à méningocoques B.


Maladie : Méningocoque B

Vaccin : BEXSERO

Référence principale :