Mise en garde concernant la "drogue du violeur" au Brésil Médecine des voyages

Publié le 25 août 2010 à 15h30

Biographie

- Professeur agrégé enseignant à l'École du Val-de-Grâce et à l'Université de Bordeaux.

Liens d'intérêt

- Aucune perception de rémunération ou de tout autre avantage de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.
- Aucune rémunération ou avantages reçus de l'industrie pharmaceutique.
- Déclaration mise à jour le 26 août 2020.

Au Brésil, il est recommandé la plus grande vigilance avec les inconnus qui pourraient offrir une boisson à partager. Utilisée lors de rencontres sur les plages de la Zona Sul à Rio de Janeiro, en discothèque ou dans les bars, la drogue (gamma-hydroxybutyrate - GHB) Boa noite Cindrella ou « drogue du violeur », est déposée dans le verre de la victime à son insu, alors que son attention est détournée. Le GHB peut, en quelques minutes, plonger la victime dans un état hypnotique suivi de plusieurs heures de profond sommeil et entraîner une amnésie.

Source : France-Diplomatie-Ministère des Affaires étrangères et européennes.