Virus influenza aviaire H5N8 hautement pathogène : ce qu'il faut savoir

Publié le 25 nov. 2014 à 19h32

Biographie

- Docteur vétérinaire.
- Journaliste à La Dépêche Vétérinaire.

Liens d'intérêt

- Aucun.

Pour mieux comprendre cet article et la virologie de la grippe, nous vous invitons à consulter les descriptions de ces maladies : grippe saisonnière et grippe aviaire

Qu'est-ce que l'influenza aviaire ?

L'influenza aviaire, ou grippe aviaire, est une maladie des oiseaux due à des virus influenza de type A qui peuvent affecter plusieurs espèces de volailles domestiques (poulet, dinde, canard, caille...), des oiseaux sauvages et d'ornement.

Ces virus sont isolés, moins souvent, chez des mammifères (rat, souris, belette, furet, porc, chat, tigre, chien, cheval, humain...).

Que signifie hautement/faiblement pathogène ?

Les nombreuses souches de virus de la grippe aviaire peuvent généralement être classées en deux catégories selon la gravité de la maladie chez les volailles :

  • faiblement pathogène : le virus provoque peu ou pas de signes cliniques ;
  • hautement pathogène : le virus entraine des signes cliniques graves et peut être à l'origine d'une mortalité élevée. 

Cette caractérisation de la pathogénicité est spécifique des volailles et des autres oiseaux ; elle ne s'applique pas forcément aux autres espèces sensibles aux virus de la grippe aviaire, dont les humains.

Qu'est-ce que le virus A(H5N8) ?

Le virus A(H5N8) hautement pathogène a été détecté en 2014 en Asie chez des volailles (République de Corée, Japon, Chine) et chez un cygne (Japon). Les animaux sont morts ou ont été abattus.

Le virus A(H5N8) a été isolé aux Etats-Unis (Idaho) en 2008 sous une forme faiblement pathogène ainsi qu'en 2014 en Californie.

Un élevage de dindes a été atteint en Allemagne par le virus A(H5N8) hautement pathogène début novembre. Les 1 731 oiseaux ont été abattus.

Neuf jours plus tard, le virus a été détecté aux Pays-Bas dans un élevage de poules. Les animaux sensibles ont été abattus.

Le Royaume-Uni a détecté le virus dans un élevage de canards peu après. Les oiseaux ont été abattus.

Quelle est la source du virus A(H5N8) ?

L'analyse génétique montre que les virus isolés en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni sont liés à ceux isolés en République de Corée. Les recherches continuent pour en identifier la source. Ces virus appartiennent au clade 2.3.4.6 (groupe de virus partageant des caractéristiques communes).

Les oiseaux sauvages sont-ils porteurs du virus A(H5N8) ?

Les oiseaux sauvages peuvent porter les virus d'influenza aviaire dans leur tractus respiratoire ou intestinal mais ne tombent généralement pas malades. Ce sont des réservoirs et des vecteurs des virus de la grippe aviaire.

Au plan mondial, des mesures de surveillance permettent de suivre l'apparition et les caractéristiques de ces virus chez les oiseaux sauvages.

Comment le virus A(H5N8) se transmet-il chez les oiseaux ?

Tous les virus de la grippe aviaire peuvent se transmettre chez les oiseaux par contact direct avec les sécrétions d'un oiseau infecté (en particulier les fèces), par l'eau, la nourriture, les équipements, les vêtements et les chaussures contaminés.

Ils se transmettent d'un élevage à l'autre par les mouvements des oiseaux domestiques, des personnes (surtout les chaussures et vêtements contaminés) et des véhicules, matériels, aliments et cages contaminés.

Les virus hautement pathogènes peuvent survivre longtemps dans l'environnement, surtout à basse température.

Plusieurs facteurs contribuent à la dissémination des virus grippaux : mouvements des personnes infectées et déplacement d'objets contaminés, pratiques de vente (marché aux oiseaux vivants) et d'élevage et présence du virus chez les oiseaux migrateurs.

Comment est déclaré le virus A(H5N8) ?

Tous les cas de grippe aviaire hautement pathogène diagnostiqués chez les oiseaux domestiques ou sauvages doivent être notifiés à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) par les services vétérinaires nationaux.

C'est aussi le cas des virus aviaires faiblement pathogènes des sous-types H5 et H7 chez les volailles, car ils peuvent muter en virus hautement pathogènes ou infecter d'autres espèces.

Comment prévenir et contrôler la grippe aviaire chez les animaux ?

Tous les pays doivent disposer de services vétérinaires publics et privés répondant aux standards de qualité de l'OIE : législation adaptée, capacités de détection et de réponse précoces face à des événements biologiques chez les animaux, laboratoires vétérinaires efficaces, vaccination si nécessaire...

L'abattage est-il une mesure de contrôle ?

Si l'infection est détectée chez des animaux, l'abattage des animaux atteints et exposés est généralement utilisé pour contrôler et éradiquer la maladie.

S'y ajoutent des mesures de quarantaine et de contrôle des mouvements des volailles, des véhicules et du personnel éventuellement contaminé.

Les installations sont désinfectées et d'autres animaux ne peuvent y être installés qu'après un vide sanitaire.

Que recommande l'organisation mondiale de la santé animale pour le commerce de volailles des pays infectés par l'influenza aviaire A(H5N8) ?

Dans un pays exportateur de volailles, les mesures préconisées par l'OIE incluent le zonage géographique et le testage des animaux.

Des mesures de compensation financière pour les éleveurs existent dans certains pays. Elles jouent un rôle clé dans la détection précoce des maladies et la transparence des déclarations des maladies animales.

Quelles sont les recommandations pour la sécurité alimentaire ?

Les animaux abattus dans le cadre du contrôle d'un foyer de grippe aviaire ne doivent pas entrer dans la chaîne alimentaire par mesure de précaution.

Il n'existe pas de preuve que la consommation de viande de volaille ou d'œuf peut transmettre le virus grippal aviaire aux humains.

Y a-t-il un risque pour la santé publique lié à l'influenza aviaire ?

Les virus de la grippe aviaire sont hautement spécifiques d'espèces mais, en de rares occasions, ils peuvent franchir la barrière d'espèce et infecter des humains. La maladie ne doit pas être confondue avec la grippe saisonnière, généralement due à des virus influenza humains H1 et H3.

La transmission des virus de la grippe aviaire aux humains survient lors de contact rapproché avec un oiseau infecté ou un environnement très contaminé.

Il n'y a actuellement pas de preuve d'infection humaine par le virus A(H5N8).

Quelles mesures de prévention sont recommandées dans les élevages de volailles ?

Les producteurs de volailles doivent veiller à la biosécurité de leurs pratiques pour prévenir l'introduction des virus dans leur élevage : garder les volailles loin des zones fréquentées par les oiseaux sauvages, ne pas attirer les oiseaux sauvages, contrôler l'accès aux poulaillers (personnes et équipements), assurer l'hygiène, éviter l'introduction d'oiseaux de statut inconnu pour la maladie, rapporter les oiseaux malades et les morts aux services vétérinaires, vacciner si nécessaire...

Source : Organisation mondiale de la santé animale, 19 novembre 2014.