Prudence et consignes de sécurité au Tchad Médecine des voyages

Publié le 29 jan. 2015 à 15h03

Biographie

- Médecin biologiste à la retraite.
- Auparavant : médecin biologiste dans un hôpital d'Instruction des armées pendant 6 ans, puis détaché pendant 20 ans par le Service de santé des armées comme virologiste d'abord puis comme directeur dans 3 instituts du Réseau international des Instituts Pasteur.

Liens d'intérêt

- Aucune rémunération actuelle ou dans le passé de l'industrie pharmaceutique.
- Aucun investissement financier dans une firme pharmaceutique.
- Aucune participation à des études cliniques de vaccins.

Toutes les zones frontalières du Tchad sont formellement déconseillées, en particulier les plus proches des zones d'activité de Boko Haram (bande frontalière avec le Cameroun et région du Lac Tchad). Les zones isolées en dehors ou à la périphérie de N'Djamena sont également formellement déconseillées.

L'activité de Boko Haram au Cameroun et au Nigéria et l'engagement militaire du Tchad contre ce groupe islamiste armé, le 16 janvier 2015, appellent une attention et une vigilance accrues, ainsi qu'une stricte observation des consignes de sécurité.

Dans ce contexte, les autorités tchadiennes ayant renforcé leurs contrôles, notamment routiers, il convient de se munir d'une pièce d'identité et de tout document justifiant de la régularité du séjour dans le pays : titre de séjour, visa, carte consulaire, le cas échéant autorisation de circulation…

Le reste du pays est déconseillé sauf raison impérative. Les déplacements doivent se faire par voie aérienne, à défaut sous escorte des forces de sécurité locales.

Source : Ministère français des affaires étrangères.